Pédagogique Point chaud / en émergence Technologique

Résultats d’un sondage sur la classe inversée

Ma collègue Nathalie Lefebvre m’a fait suivre l’article : «Flipped classroom survey highlights benefits and challenges», qui résume les résultats d’une enquête menée par College Focus auprès de plus de 1000 personnes .

Cette enquête par sondage révèle que :

  • l’expérience de «classe inversée» est positive pour une majorité de professeurs (79%) et d’étudiants (65%);
  • 70% des enseignants ayant expérimenté l’approche souhaitent récidiver, contre seulement 5% qui ne le souhaitent pas;
  • près de 75% des répondants constatent une augmentation de l’engagement étudiant;
  • plus de la moitié des répondants (56%) constatent des preuves d’amélioration des apprentissages;
  • les étudiants trouvent qu’ils collaborent plus (80%) et posent davantage de questions en «classe inversée» (76%).

Bien que ces éléments témoignent des effets positifs de la «classe inversée», l’enquête précise que :

  • le temps à consacrer à la transformation d’un cours est vu par une majorité de professeurs (70%) comme l’un des plus importants défis à relever;
  • une majorité de répondants voit comme un frein le peu de soutien et de reconnaissance accordé à ce genre de transformation;
  • 40% des répondants craignent de la résistance chez les étudiants;
  • parmi les répondants qui disent n’être pas intéressés par l’approche, 39% avouent que c’est parce qu’ils en savent très peu sur la classe inversée tandis que 27% croient qu’il s’agit là d’un phénomène de mode.

Ces derniers aspects sont autant de pistes à considérer lorsque vient le temps pour un professeur d’inverser son cours ou même pour une institution de se doter des meilleurs leviers afin de stimuler l’innovation pédagogique.

Source : Bart, Mary, «Flipped classroom survey highlights benefits and challenges», Faculty Focus, 24 août 2015.

Apprendre par soi-même à produire des vidéos de formation
Enseigner à la génération Z

À propos de l'auteur

Francheska Gaulin

Francheska Gaulin

Formée à la fois en enseignement et en communication, Francheska Gaulin a porté plusieurs chapeaux depuis qu'elle travaille au Service de soutien à la formation. D'abord technicienne en audiovisuel, elle a ensuite occupé un poste de coordination, avant de devenir conceptrice multimédia. À ce titre, elle supporte les enseignants dans la médiatisation et l'animation de contenus pédagogiques. Ses axes de veille tournent autour de la vidéo en formation, de la réalité virtuelle et des environnements immersifs pour l'apprentissage.

Laisser un commentaire