Pédagogique Point chaud / en émergence Tendances sociétales

L’active design pour des espaces d’apprentissage favorisant de saines habitudes de vie

Ce sont les professeurs Sylvain Turcotte et Félix Berrigan de la Faculté des sciences de l’activité physique qui m’ont fait connaître l’active design, champ de connaissances dont j’ignorais l’existence même. Le professeur Berrigan m’a notamment suggéré plusieurs textes sur la question. Ma préoccupation étant de voir comment cette littérature pourrait nous permettre de développer des espaces d’études, de recherche et de travail dont l’organisation deviendrait un modèle de préoccupation pour la santé physique et psychologique des occupantes et occupants.

Selon la définition Wikipédia de conception active, il s’agit d’« un ensemble de principes de création et de planification de l’architecture pour favoriser l’activité physique. La conception active dans la conception d’un bâtiment, d’un paysage, d’une ville intègre l’activité physique dans la vie quotidienne de ses occupants, par exemple l’intégration de la marche pour se rendre au magasin ou pour aller faire une photocopie. […]  [L]a construction de lieux qui encouragent l’occupant pour que son activité physique soit une partie intégrante de sa vie. Bien que les domaines tels que [le cycle de] vie et l’empreinte écologique des bâtiments ne fassent pas partie de la « conception active », la majorité des concepteurs en tiennent compte dans leur travail » [orthographe corrigé; notre emphase].

D’après le Center for active design, « Active design = evidence-based design, development, and operational strategies to support healthy communities. […] The original Active Design Guidelines [New York, 2010] focused on increasing opportunities for daily physical activity in order to combat growing chronic disease rates… » [emphases dans le texte original] Dans cette équation, on note l’importance accordée aux données probantes et à l’opérationnalisation des concepts.

Les premières lignes directrices pour la conception active furent développées sous l’administration Bloomberg, fruit d’une collaboration entre les départements new-yorkais de la conception et de la construction, de la santé et de l’hygiène mentale, du transport, de l’urbanisme, ainsi que le Bureau de la gestion et du budget avec des universitaires spécialisés en architecture et en urbanisme, de même que des dirigeants du chapitre new-yorkais de l’American Institute of Architects. L’objectif était alors de combattre l’épidémie d’obésité qui sévissait et qui sévit toujours chez les jeunes américains. Le document embrasse cependant beaucoup plus large alors que des liens importants sont faits entre la conception active, la conception durable (sustainable design) et la conception universelle (universal design). De même, le document détaille les synergies entre la conception active et la certification LEED, allant jusqu’à proposer de nouvelles balises pour un crédit d’innovation LEED lié à la conception active.

Le site web du Center for active design réunit aussi des documents comme le Active Design Toolkit for Schools développé également par un collectif d’intervenants de New York. Ce document est orienté vers les écoles primaires et traite assez peu de la conception des espaces de classe mais il inclut une section sur les espaces de récréation extérieurs et intérieurs, sur l’alimentation saine, sur le fait de favoriser les déplacements actifs pour se rendre à l’école (à New York!). L’idée ici est de réaliser que la conception active touche à une multitude de dimensions incluant les bâtiments et les conditions de vie des occupants et leur environnement… Le document présente plusieurs success stories de conception active appliquée à diverses écoles new-yorkaises.

Des textes suggérés par le professeur Berrigan et d’autres découverts par la suite confirment que la conception active peut aussi s’appliquer aux espaces universitaires. Du point de vue de la conception d’espaces intérieurs, cela correspond à ce que nous savons déjà des classes d’apprentissage actif. Par exemple, dans Rands et Gansemer-Topf (2017), on mentionne:

Flexibility and openness were key attributes in promoting a community of learners, and allowing students to learn holistically, encouraging student engagement in learning. Removing the spatial barrier between faculty and student space was an important classroom attribute that promoted student-faculty interaction and a place where students felt they were co-constructors of knowledge...

Du côté des enseignantes et enseignants, on rappelle que « Design Affords Pedagogical Options » (“Instructors spoke of their desire to integrate more modes of content delivery and active learning strategies into their courses due to the open design and learning tools in the ALC [Active Learning Classroom]…”)

Hanc et al. (2019) effectuent une revue de 59 articles scientifiques pour mieux déterminer comment le bien-être (wellbeing) est conceptualisé dans la recherche sur le bâtiment. Neuf thématiques sont identifiées parmi lesquelles le bien-être social et la productivité/ les performances cognitives, montrant bien que la conception active favorise aussi l’apprentissage et le mieux vivre ensemble…

Ainsi certains des articles revus identifiaient des caractéristiques de plans pour des bureaux ou des espaces universitaires…

,,,Muhammad et al.’s (2014) explorations of student perspective on academic buildings identified ‘Participation and inclusiveness’ and ‘Interaction’ (pp. 1167–68) among the aspects associated with wellbeing. Furthermore, many of the open-plan office design features considered by Shafaghat et al. (2014) as wellbeing determinants also related to this subtheme: Facilitate communication; Accommodate knowledge sharing; Easier supervision of workers; Better feedback from colleagues,,,

De même,

…Papers focused on educational environments also investigated aspects related to Learning. Muhammad et al.’s (2014) interviews with higher education students included topics such as the ‘Influence of academic buildings on learning and productivity’, ‘Students’ idea about an environment conducive for learning’, and ‘Facilities to meet students learning needs’ (p. 1165). Turunen et al. (2014) investigated the issue of difficulties in learning as well as academic performance on a maths test.

Enfin, les Physical Activity Design Guidelines for School Architecture de Brettin et al. (2015) mentionnent plusieurs éléments souhaitables pour de futures constructions en présentant des références scientifiques pour la plupart d’entre eux. Des exemples:

  • prévoir l’orientation et l’organisation des bâtiments pour favoriser la pénétration de la lumière naturelle dans la plupart des espaces intérieurs;
  • dédier un « gymnatorium », à la fois gymnase et auditorium, avec une scène et des possibilités pour s’asseoir qui peuvent disparaître pour faciliter l’activité physique ou les déplacements lorsque l’auditorium n’est pas requis;
  • offrir des salles dédiées à toute une gamme d’activités physiques comme une salle plus petite et silencieuse permettant le repos, le yoga, le tai chi, etc.;
  • prévoir beaucoup d’espace pour permettre aux personnes enseignantes et étudiantes de se déplacer dans les classes, permettant des pauses ou des activités plus physiques;
  • concevoir des espaces d’apprentissage modulaires, avec des coins lecture ou pour d’autres activités;
  • offrir des configurations de classes flexibles pour permettre des aménagements multiples et changeants;
  • installer des classes extérieures près de zones disposant d’attraits naturels favorisant l’apprentissage, prévoir des toits et de l’ombrage, intégrer des jardins pour l’apprentissage et des infrastructures (courant, eau, éclairage) permettant de maximiser l’utilisation des espaces extérieurs;
  • placer des escaliers visuellement attirants aux endroits de grande circulation et d’éclairage naturel, placer les ascenseurs moins en évidence;
  • offrir des trajets alternatifs de lieu en lieu le plus souvent possible;
  • offrir des points de vue et d’intérêt variés tout au long des corridors et espaces de circulation;
  • offrir des « tentations de mouvement » dans les espaces de circulation, encourageant l’interaction physique avec le bâti, s’inspirant de structures trouvées habituellement à l’extérieur;
  • tenir compte du besoin de mobilier dynamique, ergonomique, en prenant en considération la tendance des personnes étudiantes à bouger;
  • tenir compte du besoin de mobilier ajustable: des bureaux et des tabourets sur pieds;
  • tenir compte du besoin de mobilier varié qui offre plusieurs choix de postures pour du travail d’équipe, du travail libre ou individuel;
  • Etc.

Sources:
Brettin, Jeri, Dina Sorensen, Matthew Trowbridge, Karen K. Lee, Dieter Breithecker, Leah Frerichs, Terry Huang, « Physical Activity Design Guidelines for School Architecture », Plos One. 31 juillet 2015
« Conception active », Wikipédia, dernière mise à jour: 19 janvier 2021
Center for active design, « About », [sans date]
Center for active design, « What is active design? », [sans date]
Hanc, M., McAndrew, C., & Ucci, M. (2019). Conceptual approaches to wellbeing in buildings: A scoping reviewBuilding Research & Information47 (6), pp. 767-783.
The Partnership for a Healthier New York City, Active Design Toolkit for Schools, 2015, 83 p.
Rands, Melissa L. et Ann M. Gansemer-Topf, « The Room Itself Is Active: How Classroom Design Impacts Student Engagement » (2017). Education Publications, 49.
Ville de New York, Active Design Guideline for Promoting Physical Activity and Health in Design, Center of active design, 2010, 135 p.

INTERNE: 4 chaires d'excellence en enseignement à l'UQTR
Un design pédagogique à votre mesure

À propos de l'auteur

Jean-Sébastien Dubé

Jean-Sébastien Dubé

Laisser un commentaire

ipsum id et, ut ut sem, eget libero. consectetur mi, suscipit