La maternelle tout au long de la vie?

Dans le Chronicle of Higher Education, entretien avec Mitchel Resnik, expert en technologies éducatives, professeur de recherche en apprentissage au Media Lab du MIT depuis une trentaine d’années et titulaire de la chaire Lego au MIT.  Il vient de faire paraître Lifelong Kindergarten: Cultivating Creativity through Projects, Passion, Peers, and Play.

D’après lui, la façon de fonctionner de la maternelle où les enfants expérimentent avec différents matériaux les uns avec les autres pour réaliser des créations personnelles est un modèle à suivre afin d’engager les étudiants dans leur formation.  Resnik s’inscrit dans une approche qui ressemble fortement à la pédagogie par projets où l’on devrait transmettre les notions théoriques au fur et à mesure des besoins pour l’application dans un projet donné.

De son point de vue, on cherche de plus en plus à scolariser les enfants dès la maternelle alors que l’on aurait avantage à faire l’inverse et à s’inspirer de la maternelle aux autres niveaux de formation (oui, jusqu’à l’université) dans le but de développer la pensée créatrice et une attitude de collaboration chez les futurs diplômés: « At the MIT Media Lab, we want all of life to be more like kindergarten, including colleges and beyond. We try to make our laboratory here more like a big kindergarten, with students and researchers constantly experimenting, exploring, and collaborating on projects. »

Resnik se prononce sur la fait que plusieurs formateurs perçoivent encore une importante dichotomie entre ce qui est considéré comme de l’apprentissage sérieux et ce qui constitue du jeu (dans le sens d’avoir un esprit ludique: play) et qui n’a pas sa place dans l’enseignement.  Pour Resnik, le jeu ne suscite pas automatiquement l’apprentissage.  Il faut s’entendre sur une conception spécifique du jeu:

« …A certain type of playful approach contributes strongly to learning, but I don’t think play equals learning. And sometimes the rhetoric of play is adopted for certain activities that I don’t think are the best for learning environments. If a kid is just going to spend 20 hours a day playing a certain video game, that’s not the type of play I’m talking about in order to develop as a creative thinker. We really want to support a particular type of play.

[…]

Too often, people think that kids want things to be easy, and that’s not the case. Kids want things to be engaging and meaningful. That’s different than easy. They’re willing to work really hard as long as they’re working on things they really care about. In some of the places where we’ve worked, kids who have been traditionally unsuccessful at school come to some of these after-school learning centers, and they work hours on end, because they find projects that they’re deeply invested in and deeply care about.« 

Source: Carlson, Scott, « Play Inspires Learning. But What Is Play, Exactly?« , The Chronicle of Higher Education, 29 octobre 2017 [accès à l’article complet réservé aux membres].

Le torchon brûle entre les éditeurs savants (comme Elsevier) et les réseaux de collaboration savante (comme ResearchGate)
Mieux comprendre la notion d'appropriation culturelle

Exprimez-vous !

*