Les Ph.D. en sciences humaines : les universités américaines s’activent

La durée réelle des Ph.D. en sciences humaines est décriée depuis fort longtemps.   Voici qu’un groupe de professeurs d’expérience de Stanford, préoccupés par la question, ont produit un document (disponible ici) dans lequel ils exposent les étapes nécessaires pour transformer la formation doctorale à Stanford.  Ce document servira de base à une discussion de groupe le 24 mai prochain.

Les changements proposés se résument en responsabilités pour les différents acteurs.

L’Université doit

  1. reconnaître que les études en sciences humaines se font à temps plein et que, conséquemment  le soutien financier est annuel (actuellement, il n’y a pas de soutien financier durant l’été);
  2. augmenter les ressources financières en conséquence et ne les attribuer qu’aux départements qui auront implanté un plan de formation avec échéancier,  et qui démontreront clairement comment ils prépareront leurs étudiants à diverses carrières.

 

Les étudiants doivent

  1. avoir une idée très claire de type de carrière qu’ils souhaitent entreprendre au terme de leurs études doctorales et faire parvenir par écrit à leur département une liste de leurs préférences au plus tard à la fin de leur 2e année.  Le reste de leur formation doit être à l’avenant de leurs préférences (la liste des préférences peut être modifiée avec l’accord des aviseurs);
  2. utiliser le soutien financier estival pour compléter les prérequis et à se préparer pour les carrières inscrites sur leur liste;
  3. choisir des personnes qui sont en phase avec leurs préférences de carrière pour former leur jury, leurs comités d’évaluation, leur comité conseil.

 

Les départements doivent s’assurer

  1. que la 1re et la 2e années de leur Ph.D. sont conçues de manière à offrir aux étudiants de solides bases dans la discipline choisie et les préparer à faire des choix de carrière éclairés à la fin de la 2e année;
  2. de rendre explicites les standards que les étudiants doivent atteindre et ce, afin de pouvoir démontrer leurs progrès et continuer leur programme;
  3. que les étudiants reçoivent régulièrement des conseils qui sont réalistes et respectueux de leurs objectifs de carrière;
  4. que les progrès des étudiants sont évalués annuellement selon une grille qui dresse les exigences et les conséquences s’il y a non-satisfaction aux exigences ;
  5. de faire une évaluation formelle des étudiants à la fin de la 2e année afin de déterminer s’ils sont aptes à poursuivre ou s’ils doivent s’arrêter et recevoir une maîtrise;
  6. que l’examen de synthèse est fait en début de 3e année;
  7. que les emplois d’auxiliaires d’enseignement ou de recherche qui sont offerts aux étudiants sont en lien avec leurs objectifs de carrière;
  8. fournir des directives explicites sur ce qui est attendu dans une thèse et sur les diverses formes de thèse et s’engager à offrir aux étudiants du soutien pendant la rédaction de leur thèse.

D’autres universités américaines, à l’instar de Stanford, cherchent à réduire la durée des études au Ph.D. en sciences humaines.

Ainsi, à Harvard, on a implanté des rencontres régulières avec un comité conseil sous forme d’une présentation orale, un forum mensuel où les étudiants présentent leurs travaux de recherche et en discutent en groupe et une série de causeries sur le développement de compétences professionnelles.

À la Minnesota University, on a choisi de donner des crédits de recherche avant l’examen de synthèse afin que les étudiants s’engagent plus rapidement dans le processus de recherche.

Enfin, Stanford offre depuis 2011 un nouveau programme de doctorat à la jonction des sciences humaines et de l’industrie : BiblioTech.  Voici le texte de présentation du programme :

The BiblioTech Program at Stanford University promotes the broader relevance of doctoral work in the humanities in the 21st century. We believe that the knowledge, training, and skills of humanities Ph.D.s are vital to helping to solve 21st-century problems. 

The BiblioTech Program is an initiative developed out of the recognition that we have arrived at a moment in which paradigm shifts in the worlds of academia and industry have created the opportunity and need for humanities professionals to engage in professional sectors beyond academe.

The BiblioTech Program is at the forefront of change within and outside of the university. Our vision is to work creatively and effectively to bridge the gap between the humanities and sectors beyond academia by creating new professional avenues for humanities Ph.D.s through partnerships across professional sectors — private and non-profit, government and non-governmental organizations, research foundations, public policy, and beyond.

Stanford University’s unique location in the heart of Silicon Valley also affords us the singular opportunity to build bridges between the humanities and the tech world. The BiblioTech Program champions the belief that the creativity and analytical acuity found in humanities innovation and technological innovation can be combined in powerful ways. 

The BiblioTech Program at Stanford University is sponsored by the Office of the President, the School of Humanities and Sciences, the Office of the Vice Provost for Graduate Education, the Stanford Humanities Center, and the Division of Literatures, Cultures, and Languages.

Ce programme s’inscrit dans une tendance qui a fait l’objet d’une dépêche antérieure : La valeur des études en sciences humaines en cette ère de « professionnalisation ».

 

Source :

Basu, Kaustuv.  Rethinking the Humanities Ph.D.  Inside Higher Ed.  16 mai 2012

Interne : Nouvelle image et difficultés de la TÉLUQ
Faciliter le travail collaboratif à l'aide de Moodle

Exprimez-vous !

*