Former les futurs maîtres en tenant compte de l’intelligence artificielle

Nous avons écrit plusieurs articles au cours des dernières années concernant les pertes potentielles d’emploi suite à l’automatisation.  Les experts qui s’intéressent au développement de l’intelligence artificielle (IA) vont généralement nuancer les propos des médias – souvent alarmistes – en précisant que l’IA ne remplacera pas complètement l’humain dans la mesure où celui-ci est bien préparé à mettre de l’avant les compétences qui le distinguent de la machine.  L’enseignant n’échappera pas à ce mouvement, il devra aussi se préparer à un avenir où la transmission des connaissances sera de plus en plus automatisée et où il sera davantage responsable d’aider l’étudiant à développer des compétences de haut niveau.

C’est le constat que fait Andreas Schleicher, l’actuel directeur de la Direction de l’éducation et des compétences de l’OCDE, dans une collection d’essais portant sur l’avenir de l’éducation.  Schleicher et ses collègues y explorent différentes façons de rendre la formation plus agile, notamment en mettant l’emphase sur la personnalisation de l’apprentissage et en utilisant les technologies de façon à mieux répondre aux besoins individuels des étudiants, notamment dans un contexte de grands groupes:

We know from the rise in free massive open online courses, better known as MOOCs, that a scholar on a screen can replace and already has replaced the sage on the stage. And in an age in which medicines can be personalized to one’s genetic code, technology can help teachers meet the unique needs of every child.  For instance, an increasing number of districts offer students personalized learning — a vaguely defined but widely applied suite of aids, services and supports that attempt to offer bespoke lessons to meet the needs, pace and interests of individual children. Various technologies make it possible to tailor lessons to each student in ways that a single teacher in a class of 25 could never do.

Le développement des habiletés de communication et relationnelles, la pensée critique, la littératie numérique et l’entreprenariat ne sont que quelques exemples de compétences à développer chez les futurs enseignants…

If we want students to succeed, we must train teachers to have the same kinds of skills and values that we want to see in our kids [notre emphase].

…pour préparer les étudiants à un avenir où ils travailleront côte à côte avec les systèmes:

Schleicher identified critical thinking, communication, collaboration and problem-solving as necessary for students to successfully adapt to a world that employs robots. “However, ‘soft skills’ — such as creative and collaborative problem-solving, social skills, mature judgment, skepticism, and adaptability — will be more important than ever,” according to researchers at CRPE, which published a series of essays on the topic. Schleicher also identified invaluable compound skills that require multiple competencies, such as digital literacy, computational thinking and entrepreneurialism.

À lire!

Sources:

Southern New Hampshire University: expansion en ligne tous azimuts
Cirt@ 2018 : rapport d'étonnement 1/2

Exprimez-vous !

*