Comité Sup’Emploi: combler le fossé entre universités et entreprises françaises

Un peu de rattrapage sur une nouvelle de décembre dernier qui était passée sous notre radar.  Le 9 décembre 2013, la ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche, Geneviève Fioraso, a lancé le comité Sup’Emploi sur « l’insertion professionnelle des jeunes et à la formation comme levier de croissance ».  Les 22 membres qui le composent sont « des dirigeants d’entreprise, des DRH, des responsables syndicaux, des universitaires, des étudiants… » Son mandat est de:

  • prévoir les métiers et les formations de demain, en accomplissant un premier travail d’analyse portant sur la filière du numérique et de l’informatique;
  • agir pour l’insertion professionnelle en proposant un plan d’action pour développer l’alternance et les stages encadrés dans l’enseignement supérieur;
  • placer l’enseignement supérieur au cœur de la formation tout au long de la vie.

« Il sera présidé par deux chefs d’entreprise: Françoise Gri, directrice générale du groupe Pierre et Vacances – Center Parcs, ex-présidente de Manpower France, et Henri Lachmann, vice-président administrateur référent de Schneider Electric SA. »  La ministre dit assumer ce choix de deux présidents issus de l’entreprise parce que « L’idée n’est pas d’être piloté par l’économie, mais d’avoir un prisme économique. »

Mais le fossé est encore important.  Selon Pierre Gattaz, président du Medef (Mouvement des entreprises de France):

« Aujourd’hui, l’Education nationale et l’enseignement supérieur poussent très souvent des formations qui ne correspondent pas aux besoins des entreprises et aux métiers futurs. Il faut inverser cette tendance et concevoir les formations à partir de nos besoins, dans les filières du futur. Sinon, on va dans le mur. Mais il faut aussi orienter les formations vers nos besoins actuels. […] [L]les formations dispensées à l’université sont encore trop souvent orientées pour la toute petite minorité d’étudiants qui se destinent à l’enseignement, et pas pour ceux qui vont aller travailler en entreprise. Ce rapprochement avec les chefs d’entreprise est fondamental, parce que les besoins en formation, c’est de l’emploi. Je ne dis pas que tous les efforts sont à faire dans votre camp, les entreprises aussi doivent en faire. En tout cas, il y a urgence. » [Bellan et Corbier, 2013]

Un article récent du Times Higher Ed rappelle ce fossé et la situation du chômage chez les jeunes en France (26.1 %):

« …[C]losing the gap between the realms of academia and business is no small task: relations between France’s universities and corporate world are at best cordial, often non-existent and sometimes downright hostile.

“The real problem is that most company leaders have a pathological mistrust of universities,” says Marc Neveu, who teaches IT at the University of Burgundy in Dijon and is co-head of the higher education trade union Syndicat National de l’Enseignement Supérieur (Snesup). “They all come from engineering schools and think that students are lazy and dilettantes.” » [Caulcutt, 2014]

Des propos de Françoise Gri, co-présidente du Comité, donne une idée de certaines orientations:

« Gri complains that French universities have failed to anticipate how the digital revolution has changed the economy. “I don’t know where to recruit. There isn’t a tourism course in France that trains students in e‑commerce. We are lagging behind,” she says.

French employers also grumble that university graduates do not acquire skills that are transferable to the workplace. They say that candidates lack vital soft skills, such as IT qualifications, knowledge of English and presentation or project management skills.

“In the US and the UK, students are taught to work on projects together,” Gri says, “but in France, students work alone. They attend classes in large amphitheatres and are rarely involved in group projects, especially in humanities. » [Caulcutt, 2014]

Le Comité remettra son premier rapport au printemps 2014.

Dossier de presse du Comité Sup’Emploi

Sources:

Bellan, Marte et Marte-Christine Corbier, « Geneviève Fioraso : Le Medef et le gouvernement prêts au « copilotage » des formations« , Les Échos, 9 décembre 2013

Caulcutt, Clea, « France adds employability to the university mission« , Times Higher Education, 23 janvier 2013

Ministère de l’enseignement supérieur, de la recherche, de la science et de la technologie, « Mise en place du comité Sup’Emploi« , RepèrES RSTI, Québec, 18 décembre 2013

Stromboni, Camille, « Entreprises-universités : Geneviève Fioraso installe le comité Sup’Emploi« , Educpros.fr, 9 décembre 2013

Horizon Report 2014: des tendances, des défis... et de nouvelles technos
Et si Keynes avait eu raison? 47 % des emplois pourraient disparaître d'ici 20 ans

Exprimez-vous !

*