General Assembly, une école de gestion n’offrant que des cours à la carte

Relayé par Francheska Gaulin.  Educpros.fr trace un portrait de General Assembly (GA), un nouveau modèle d’école de gestion très pragmatique (américain?) n’offrant que des cours à la carte dans des domaines comme:

  • Notions de base en gestion (Business Foundations)
  • Analyse de données (Data Analysis)
  • Marketing numérique (Digital Marketing)
  • Conception d’applications mobiles (Mobile Design)
  • Conception de produit (Product Design)
  • Conception d’expériences utilisateur (User Experience Design)
  • Développement Web (Web Development)

En plus de sessions longues de 8 à 16 semaines, GA offre des ateliers et des camps d’entraînement (« bootcamps« ) à la journée ou des séances d’introduction gratuites.  Certains cours sont dispensés en ligne.  On peut s’y inscrire jusqu’au dernier moment.

  • Depuis son lancement en 2011, 5300 personnes ont suivi des sessions longues
  • Le nombre d’élèves a bondi de 74% en un an
  • Des antennes ont ouvert à Los Angeles, Boston, San Francisco, Berlin, Londres, Sydney, Hong Kong.
  • Outre le prix [3500 $ US pour un cours de 10 semaines/ entre 30$ et 150$ pour des ateliers individuels] et la flexibilité, la clé du succès de GA réside beaucoup dans l’aspect très professionnalisant des cours.
  • Pour se démarquer des diplômes 100% en ligne, GA cherche en effet à créer un climat propice au réseautage (incubateur, événements, espaces de travail partagés) [notre emphase]
  • Les débouchés: essentiellement les start-ups du high-tech et du web, et la création d’entreprise.  Les élèves disposent aussi d’un bureau d’aide à l’insertion: 96% des étudiants ont trouvé un emploi en moins de trois mois, selon les chiffres revendiqués par GA.

D’autres entreprises, comme Start-Up Institute ou Starter School, investissent ce même créneau.

« Nous nous considérons comme une alternative aux MBA et aux masters, raconte Marti Adams, porte-parole de GA. Nos élèves sont âgés de 23 à 40 ans, et ont déjà un diplôme universitaire. Certains veulent changer de carrière. D’autres veulent développer une compétence précise, se mettre à jour, ou souhaitent lancer leur entreprise ». (Gourdon, 2014, notre emphase)

Source:  Gourdon, Jessica, « General Assembly, un nouveau modèle de business school à l’heure des MOOC« , Educpros.fr, 10 janvier 2014.

Prédictions de Deloitte sur le futur des technologies pour 2014
Interne: Projet Mathéma-TIC reçoit 375 600$ pour développer des capsules vidéos

Exprimez-vous !

*