Berceau des MOOC, Stanford veut davantage de visibilité

Le nom de l’Université Stanford est désormais associé à la naissance des MOOC, qu’il s’agisse d’Udacity, développé par Sebastian Thrun et Peter Norvig suite à leur cours sur l’intelligence artificielle en 2011 ou encore de Coursera, développé par Andrew Ng et Daphne Koller, tous d’anciens professeurs de cette université.  Mentionnons enfin NovoEd (anciennement Venture Lab), un MOOC où l’on retrouve surtout des cours d’administration.  Mais si Stanford est une valeur sûre au sein de la Ivy League américaine, les entreprises précédemment citées jouissent d’une meilleure visibilité dans l’univers virtuel.  Or, Stanford s’attaque à ce problème :

« … »First of all, there is this branding issue that Stanford is concerned about. If you see tweets from students who have just finished a Stanford course on Coursera, you get a lot of, ‘Thanks, Coursera,‘ ‘I just finished a Coursera class.’

« Meanwhile, Stanford has spent a fortune. We have this high-end video studio, we have these faculty. Stanford is spending a fortune on these classes, but nobody says, ‘Thank you, Stanford.‘ »

That might scan as petty, but Ms. Manning [responsable de la nouvelle plateforme Open EdX à Stanford] says the news business provides a cautionary tale about what happens when power shifts « from content creators to content aggregators. »

Several Stanford officials draw a parallel with academic publishers like Elsevier, who polish and package scholarly work produced at university expense and then sell it back to universities—an arrangement that has led to tension between the publishing giant and the scholarly community. » [nos emphases]

C’est pourquoi Stanford investit désormais dans Open EdX (d’abord développé par le MIT et Harvard), une plateforme en code ouvert, pour la portion en ligne de 33 cours réguliers.  Par ailleurs, 4 MOOC ont été montées sur Open EdX (contre 10 sur Coursera).  « « Really, » says Ms. Manning, « most Stanford faculty wanted to use a platform that they read about in The New York Times. » »

« It now counts platform engineers, course designers, data researchers, and media producers among its 25 team members. It also oversees a research arm called the Lytics Lab—a collective of doctoral students and postdocs who analyze the enormous amounts of data generated by Stanford’s online courses. »

On vise de construire un campus virtuel et de devenir les champions du MOOC en logiciel libre.

Source:

Kolowich, Steve, « With Open Platform, Stanford Seeks to Reclaim MOOC Brand », The Chronicle of Higher Education, 4 novembre 2013.

MERLOT diffuse maintenant sur You Tube
Interne: Critique par l'IRIS du Rapport Corbo sur le Conseil national des universités - La qualité se limite-t-elle à la logique managériale?

Exprimez-vous !

*