De l’importance de bien choisir ses exemples pour faire apprendre

Suggéré par mon collègue Marc Couture.  Les auteurs de cet article, tous deux professeurs à la Brigham Young University en Utah, rappellent d’abord combien il est nécessaire de construire de nouvelles connaissances à partir de celles que maîtrisent déjà les étudiants.

Ils illustrent ce précepte à partir d’un exemple efficace tiré de l’enseignement primaire: un enseignant essaie de faire connaître à ses élèves Martin Luther, le réformateur protestant (XVe siècle), mais au test ceux-ci n’ont rien retenu de ses explications.  Ils répondent à partir de leurs connaissances de Martin Luther King, défenseur américain des droits civiques (XXe siècle).

Dans un second groupe, l’enseignant commence par demander quels élèves connaissent Martin Luther King Jr. et toutes les mains se lèvent.  Il demande ensuite aux élèves qui sait pourquoi les parents de King lui ont donné ce prénom…  Aucune main ne se lève. L’attention et l’intérêt ainsi obtenus, il est en mesure de leur présenter de nouveaux renseignements.

Alford et Griffin insistent sur le fait que l’intégration d’exemples pertinents ne s’improvise pas.  Elle devrait faire l’objet d’une préparation réfléchie.  Les enseignants peuvent ainsi se demander…

  • quels exemples et illustrations aideraient les étudiants à mieux comprendre ?
  • comment ces exemples ou illustrations devraient-ils être présenter ?
  • à quels moments ces exemples et illustrations pourraient-ils être utilisés le plus efficacement ?

Ils suggèrent de commencer cette démarche avec le concept ou l’élément d’information que les étudiants ont le plus de difficulté à saisir dans un cours. C’est probablement un endroit où un exemple serait de mise.

En fin de course, le travail des enseignants est notamment de susciter l’intérêt des étudiants pour la matière.  On aimerait parfois que cet intérêt soit présent d’emblée, mais on peut difficilement le tenir pour acquis:

Integrating meaningful learning examples into our courses should take place at all levels of our teaching. When using examples or experiences to help students better understand individual concepts, teachers should not assume students can fully answer the unstated questions, “So what?” or “Why should I care?” Our job, when you boil it down to the essentials, is to help them answer those questions.[nos emphases]

Source: Alford, Ken et Tyler Griffin, « Unleashing the Power of Examples« , Faculty Focus, 18 mars 2019

Recherche en intelligence artificielle dans le réseau des UQ
Les impacts négatifs de l'IA sur la formation pratique

Exprimez-vous !

*