Les salles de classe d’apprentissage actif dans l’air du temps

Signe des temps, le magazine Affaires universitaires traite de salles d’apprentissage actif dans son plus récent numéro.  Il y est notamment question de la « Green Room » de l’Université Wilfrid-Laurier (40 places, ouverte en 2012), des salles développées à McGill depuis 2009, du fait que « [e]n 2012, l’Université Queen’s a commencé à transformer ses locaux et compte maintenant quatre salles d’apprentissage actif », des « locaux d’apprentissage souple du nouvel Institut Taylor d’enseignement et d’apprentissage » de l’Université Calgary, ainsi que des salles de l’Université Laval, notamment les locaux du Carré des affaires de la Faculté des sciences de l’administration dont je vous parlais il y a deux semaines..  Dans la version anglaise de l’article, on apprend aussi que…

The University of Windsor’s Centre for Engineering Innovation opened in 2013 and features numerous active-learning classrooms. University of Lethbridge retrofitted two rooms and completely revamped another in 2014 to follow active-learning principles. McMaster University launched an active classroom in early 2016 and its newly opened L.R. Wilson Hall, a social studies building, has several. […]

…Adding to these numbers soon will be several spaces in buildings such as Laurier’s Lazaridis Hall, the new home for its business school now under construction, and a proposed science building at U of Lethbridge. (Peters, 2016)

On mentionne d’autre part « un local hybride de 350 places du Centre de technologies en ingénierie de l’Université de Windsor, [où] les étudiants sont répartis sur trois niveaux, le long de tables rectangulaires disposées perpendiculairement à l’avant de la salle », ce qui est un peu troublant et difficile à envisager…

Par ailleurs, le « le Centre Bergeron d’excellence en ingénierie de l’Université York, ouvert depuis avril dernier, où on ne retrouve que des laboratoires d’apprentissage actif et aucune salle de conférences » [nos emphases] suscite ma curiosité.

La version anglaise de l’article contient des renseignements importants sur le coût des salles d’apprentissage actif

These rooms cost more as well. Laurier’s green room, with all its fancy technology, rang in at $200,000. Michael Daly, quality assurance coordinator at the university’s Centre for Teaching Innovation and Excellence, says he can purchase a standard chair for $120, but one on wheels runs close to $150. It may not sound like much, but “it does add up.” (Peters, 2016)

On évoque aussi la perte relative d’espace: un local de 60 étudiants où on ne peut désormais qu’en asseoir 42.  Il est question de la recherche qui démontre la pertinence de tels environnements…

Active learning environments continue to be backed by convincing research. A 2014 review of 225 previous studies of students in STEM disciplines, published in the Proceedings of the National Academy of Sciences, found average exam scores went up by six percent for students in active learning classes while those who learned by lecture alone were 1.5 times more likely to fail.

The benefits seem greater for women and minorities – a big deal for STEM disciplines, where they’re often underrepresented. A 2006 study of Harvard students found interactive techniques erased the gender difference in an introductory calculus courses for non-majors by the end of the semester. Meanwhile, Dr. Beichner’s [de l’Université de Caroline du Nord, un des pionniers de ce modèle] research has found that women and African Americans fail 12 times more often in a traditional classroom than in a SCALE-UP one. (Peters, 2016)

Mentionnons tout de même en terminant ce professeur de Calgary qui rappelle qu’il est possible de faire de l’apprentissage actif dans la plupart des salles traditionnelles:

« He’s taught courses in a similar way in regular classrooms using workarounds to deal with obstacles such stationary chairs and more rudimentary technology. “You can do this in just about any classroom, you just need enough imagination,” he says, adding one stipulation: “If I had a banked lecture hall, this would not work.” (Peters, 2016)

Peut-être aussi ce détail qui passe rapidement en tout début d’article…  Outre le fait que ces locaux soient plus esthétiques, il y a ce professeur de religion à Wilfrid-Laurier qui explique: “This room gives us permission to teach differently” [notre emphase]   Il apparaît que certains enseignants ont encore besoin qu’on leur donne cette permission.

Sources:

Peters, Diane, « Classrooms are getting a makeover to accommodate new forms of teaching« , University Affairs, 28 septembre 2016

Peters, Diane, « Des salles de classe métamorphosées pour accommoder les nouvelles formes d’enseignement« , Affaires universitaires, 28 septembre 2016

Quelles sont les villes les plus chères au monde pour les étudiants étrangers ?
Les littératies (littéracies) universitaires : pour mieux comprendre la nécessité de développer les compétences rédactionnelles universitaires et disciplinaires

Exprimez-vous !

*