Et si les universités prenaient une bonne bouffée de… gaz à effet de serre?

Au sortir de la grande messe sur le climat qui se tenait à Paris en décembre dernier, l’Accord de Paris sur les changements climatiques interpelle l’ensemble des disciplines universitaires en lien avec la mission de formation des universités. Bien sûr le développement et le transfert technologiques sont au coeur de l’accord, mais également l’éducation, la formation et la sensibilisation qui font l’objet d’un des 29 articles :

Article 12 : Les Parties coopèrent en prenant, selon qu’il convient, des mesures pour améliorer l’éducation, la formation, la sensibilisation, la participation du public et l’accès de la population à l’information dans le domaine des changements climatiques, compte tenu de l’importance que revêtent de telles mesures pour renforcer l’action engagée au titre du présent Accord.

Selon Joy Carter, la vice-chancelière de l’Université de Winchester, il est du devoir des universités de former les étudiants en lien avec les changements climatiques, et ce, peu importe la discipline :

« In an era when students are often characterised as consumers, and universities as engines of employment, it is too easily forgotten that higher education has the power to shape thoughts and deeds and to change attitudes of future generations, whatever they go on to focus on in life: as business executives, artists, engineers, teachers, scientists, graphic designers, law or health professionals (or something else).

But this isn’t just a power – it’s a duty. »

Cet appel à l’action vous touche-t-il?

Sources:

Carter, Joy. 2015. It’s time to wake up an smell the greenhouse gases. Times Higher Education. 14 décembre.

ONU. 2015. Accord de Paris. Convention-cadre sur les changements climatiques, conférence des parties, 21e session, 30 novembre au 11 décembre.

Les 25 compétences les plus prisées des employeurs selon LinkedIn
Envie d'un «binge-watching» éducatif ?

Exprimez-vous !

*