Pourquoi apprend-t-on par les médias sociaux ?

Christine Vauffrey de Thot Cursus pointe vers un billet du mentor Mark Babbitt intitulé « Has Social Media Become Our Higher Education ? ».  Ce titre provocateur a évidemment attiré mon attention, mais j’y ai trouvé quelques éléments de réflexion pertinents sur la façon d’apprendre des travailleurs de l’information.  Pour Babbitt, les médias sociaux permettent d’apprendre au travail de façon plus efficace qu’à l’université…

  • parce qu’ils offrent souvent des récits d’expériences réelles où l’on met en garde contre des erreurs commises.
  • parce qu’ils offrent une dose quotidienne de motivation par des histoires de succès concrets.
  • parce qu’ils sont toujours disponibles (recherche ou échange rapide avec un membre de son réseau) et permettent de trouver réponses à nos questions au moment où se posent ces questions.

Pour Babbitt, les apprentissages significatifs surviennent lors de ce qu’il nomme des « ah-ha moments », des déclics cognitifs où une somme de connaissances s’articule soudain et que la compréhension survient.  Selon lui, les médias sociaux lui ont offert davantage de tels moments dans les douze mois précédents la rédaction de son billet que dans l’ensemble de sa scolarité.

Sources :
Babbitt, Mark, « Has Social Media Become Our Higher Education ? », The Savvy Intern, 30 octobre 2011.
Vauffrey, Christine, «Les médias sociaux nous ont-ils rendus workaholics ? », Thot Cursus, 16 avril 2012.

 

Interne : La Faculté d’éducation permanente de l’Université de Montréal s’intéresse aux baccalauréats
DuraCloud: archivage de données dans les nuages pour les besoins académiques

Exprimez-vous !

*