Pédagogique

Prendre le relais d’un cours en plein semestre

Partant de la difficile expérience d’avoir eu à remplacer un collègue à dix jours de la fin d’un semestre d’été, la professeure en sciences infirmières Shari Harding – assistée de la conseillère pédagogique senior Kara Wasnewsky – a décidé de partager ce qu’elle en a appris.  Comme elle le mentionne en introduction, il s’agit d’une situation susceptible d’arriver à tout moment mais bien peu a été écrit sur le sujet, sans doute parce que les personnes concernées sont trop occupées à gérer de telles situations critiques lorsqu’elles se présentent.

Les auteures proposent donc quatre conseils pour faciliter une telle transition en catastrophe…

  1. Prioriser les étudiantes et étudiants – C’est le moment d’écouter et d’être empathique avec ce que vivent les étudiantes et étudiants qui seront sans doute décontenancés par ce qui se produit et vivront un stress additionnel.
  2. Communiquer le plus clairement possible« Clearly communicate the next steps to the students.  Explain how you plan to help them to meet the course objectives within the remaining time together.  Convey that this is a partnership between you and them and that you’re here to help. » 

    Par exemple, la professeure Harding a rapidement présenté un plan d’action aux étudiantes et étudiants où elle expliquait clairement que ses objectifs étaient de travailler de concert avec eux afin d’atteindre les objectifs du cours et d’évaluer leurs niveaux de connaissances de manière à ce qu’ils obtiennent une note dans ce cours.
  3. Être présent
    Compte tenu de la situation, les étudiantes et étudiants auront besoin de davantage de soutien. La professeure Harding a choisi de répondre aux étudiantes et étudiants en moins de 24 h, 7 jours sur 7, incluant les fins de semaine.
    « …[T]his decision yielded very strong positive working relationships with the students.  Students shared that they felt ‘relieved’ and ‘supported’ to have this level of responsiveness at such a stressful time.  The students worked hard and knew the professor was also working hard alongside them. »
  4. S’en tenir aux objectifs du cours mais rester flexible – Ce n’est pas le temps de repenser l’organisation du cours.  Si des modifications doivent être faites, il importe de s’en tenir aux objectifs d’apprentissage en travaillant de concert avec les étudiantes et étudiants, tout en tenant compte du temps disponible pour les atteindre.  Dans la mesure du possible, offrir des choix.

    Par exemple, la professeure Harding a choisi d’ajouter cinq questions à développement à l’examen final QCM déjà prévu .  Ces questions concernaient des études de cas et remplaçaient deux travaux courts.  Si des étudiantes et étudiants avaient déjà complété l’un ou l’autre de ces travaux courts, ils pouvaient les envoyer à la professeure et obtenir des points à la place des questions d’examen correspondantes.

Source: Harding, Shari et Wasnewsky, Kara, “Emergency Takeover: 4 Tips for Taking Over a Course Midway“, Faculty Focus, 8 janvier 2020

L'automatisation et l'impact des données dans le domaine de la santé
Formations "innovantes": 10 critères pour évaluer si c'est bien le cas...

À propos de l'auteur

Jean-Sébastien Dubé

Jean-Sébastien Dubé

Jean-Sébastien Dubé est coordonnateur de la veille et de la gestion des connaissances au SSF. C'est également le rédacteur en chef de L'éveilleur. De par ses fonctions, il se doit d'être touche-à-tout, mais il s'intéresse particulièrement à l’identification et au développement de compétences transversales (numériques et humaines), aux caractéristiques des nouvelles clientèles étudiantes, aux nouveaux espaces d'apprentissage, aux nouvelles formes de certification, ainsi qu'à l’intégration de récits à la formation.

Laisser un commentaire