Pédagogique Technologique

Pour des vidéos qui soutiennent l’apprentissage des étudiants

Que vous enseigniez en classe, en ligne ou que vous ayez un pied dans ces deux mondes, les vidéos peuvent faire une différence dans le parcours de vos étudiants.

À cet effet, mon rédacteur en chef préféré m’a partagé récemment cet article de Sarah McCorke «Six ways to use video to promote learning and engagement», dans lequel l’auteure décrit différents types de vidéos (1 à 4) et comment les réaliser (A et B) sans que cela ne gruge trop de votre temps.

  1. La vidéo de présentation annonce brièvement votre cours, non pas en répétant ce qui est dit au premier cours, ni ce qui s’inscrit au plan de cours, mais plutôt en accueillant personnellement vos étudiants.  Elle sert à créer un premier lien, dévoiler un peu de vous, expliquer votre approche pédagogique, fournir des trucs et astuces aux étudiants qui leur permettront de mieux réussir dans le cours, etc.
  2. La vidéo d’introduction hebdomadaire prépare les étudiants à ce qui sera vu en termes de contenu dans le cours. Ce type de vidéo peut être très aidant pour certains étudiants qui pourront commencer à y penser, construire leur modèle mental (se faire une tête sur le/les sujets qui seront traités), s’organiser, etc.
  3. La vidéo résumé synthétise ou revient sur certains aspects de ce qui a été vu. Ce genre de retour permet aux étudiants de consolider ou de réviser les notions vues et donne l’occasion au professeur de revenir sur les points qui ont été mal compris ou qui ont posé problème.
  4. La vidéo pédagogique permet d’aller plus en profondeur sur un sujet précis. L’enseignant y présente un concept, une théorie dont l’étudiant pourra prendre connaissance et l’appréhender à son propre rythme. Elle libère du temps de classe qui aurait été utilisé de façon magistrale et permet d’introduire plus d’exercices pratiques, d’activités collaboratives qui consolident les notions vues.

A) Enregistrement «juste à temps» des vidéos introductive et résumé (2 et 3) – Comme il existe souvent une différence entre la planification sur papier et la prestation d’un cours et comme tout ne peut être prévu, mieux vaut enregistrer ces types de vidéos au fur et à mesure, en tenant compte de la réalité. La force de ces vidéos réside justement dans leur pertinence et le fait qu’elles seront livrées au bon moment.

B) Enregistrement en amont du cours des vidéos de présentation (1 et 4), i.e. avant le début de la session – Les vidéos qui présentent l’enseignant ou la matière gagnent à être produites avant le début du cours. Pour vous assurer de la pérennité de ces vidéos, évitez d’y intégrer des dates, des numéros de pages de livre, des informations qui peuvent changer dans le temps ou d’une édition à l’autre. De plus, comme les contenus de ces vidéos sont stables, vous pourrez les réutilisées d’une session à l’autre.

Sarah McCorke rappelle que la principale qualité d’une vidéo de cours n’est surtout pas d’égaler en qualité ce qui ce fait en télévision ou au cinéma mais bien d’être alignée au contexte de la formation. Si, en tant que professeur, vous faites de votre mieux avec ce que vous avez en termes d’équipement, les étudiants apprécieront vos efforts et salueront votre contribution à leurs apprentissages.

Source:  McCorke, Sarah, «Six ways to video promote learning and engagement», The Teaching Professor, 26 novembre 2018.

Quelle est l'ampleur du plagiat?
Apprentissage et employabilité demain : impacts et enjeux des nouvelles technologies

À propos de l'auteur

Francheska Gaulin

Laisser un commentaire