Les MOOC, mal adaptés à une conception « plusieurs-à-plusieurs » de la formation

Marc Couture m’a fait parvenir ce billet de Timothy M. Chester, blogueur pour EDUCAUSE.  Dans « Why MOOCs are like Farmlike » [titre accrocheur, mais peu indicatif du contenu de l’article, selon moi], Chester, qui est vice-recteur aux technologies de l’information à la University of Georgia, estime comme d’autres observateurs que les MOOC suivent les étapes habituelles du « Cycle d’engouement » de Gartner (Gartner Hype Cycle) du « pic des attentes exagérées » (Peak of Inflated Expectations) à la « vallée de la désillusion » (Through of Disillusionment) et ainsi de suite.

Toutefois, Chester présente assez clairement le fait que les MOOC sont peu révolutionnaires parce qu’ils correspondent actuellement à une conception de partage de l’information « un-vers-plusieurs » (one-to-many model). D’après lui, l’Internet nous amène plutôt vers une conception « plusieurs-vers-plusieurs » (many-to-many exchanges) de la collaboration où tous participent aux contenus et où les pourvoyeurs traditionnels de l’information (journalistes, agents de voyages, spéculateurs boursiers, enseignants, etc.) voient leur rôle de gatekeeping transformé:

« What truly has changed is the nature of collaboration itself, which is best understood as the shift from relationships based on one-to-many exchanges to relationships based on many-to-many exchanges. In the world of many-to-many relationships, the role played by traditional gatekeepers – whether we are talking about record companies, book publishers, newspapers, or teachers – diminishes and is supplanted by a world where every individual is simultaneously enabled to become both a content creator and subscriber at the same time, with social networking tools like Facebook and Twitter enabling collaboration on a massive scale. »

[NDLR:  Cela m’a paru intéressant notamment parce que c’est un point de vue dont j’ai récemment discuté avec la professeure Céline Garant de Faculté d’éducation de notre institution.]

Pour Chester, les MOOC ne transformeront durablement la formation que s’ils amènent trois changements s’inscrivant dans cette nouvelle logique de relations « plusieurs-vers-plusieurs »:

  1. De-emphasis of the traditional classroom lecture.
  2. Teachers will no longer be the authoritative center of the learning process.
  3. Our notion of rigor and achievement will no longer depend on the credit hour.

Source: Chester, Timothy M., « Why MOOCs are like Farmville« , The Accidental CIO – EDUCAUSE Review Online, 18 janvier 2013.

Interne: L’Université de Montréal crée une école doctorale internationale en sciences humaines
Les sujets de recherche des étudiants boursiers en sciences humaines

Exprimez-vous !

*