Des débouchés-modèles en sciences humaines

L’actualité fait paraître les portraits de cinq personnalités d’horizons multiples qui ont en commun d’avoir étudié en sciences humaines et en arts :

  • Louise Richer, directrice générale de l’École nationale de l’humour (ENH), Bac en psychologie (UQAM, 1976)
  • Maxime Durand, historien à Ubisoft, Bac en histoire (Université de Montréal, 2010)
  • Jean-Luc Mongrain, journaliste et animateur de télévision, Bac en théologie, éthique et philo (Université de Sherbrooke, 1975)
  • Louis Garneau, ex-champion cycliste ; président fondateur de Louis Garneau Sports, Bac en arts plastiques (Université Laval, 1983)
  • Philippe Lapointe, vice-président principal au développement des médias multiplateformes, TC Média (Transcontinental), Maîtrise en philosophie (Université de Montréal, 1981)
Quelques citations intéressantes :
« Je trouve toutefois assez inquiétante la mentalité selon laquelle les études universitaires doivent être un investissement rentable dans l’immédiat. Selon moi, il faut prendre le temps d’évoluer, de se structurer l’esprit, d’acquérir une culture générale, une capacité de réflexion… » (Louise Richer)
« On devrait inclure une formation en arts dans les cours d’administration. Un produit qui est beau, qui a la bonne couleur, la bonne forme, va se vendre partout dans le monde. Alors qu’un produit laid, mal dessiné, coûte souvent le même prix qu’un beau produit, mais peut conduire à des échecs dramatiques pour les entreprises. » (Louis Garneau)
« Pour le jeune journaliste que j’ai été, la philo m’a certainement aidé à poser les bonnes questions, à énoncer clairement des réalités complexes. Pour le gestionnaire que je suis devenu, la philo aide à penser « out of the box », et donc encore là à poser les bonnes questions. » (Philippe Lapointe)

Source : Grégoire, Isabelle, « De l’avenir pour les sciences « molles » », L’actualité, 24 octobre 2012
Difficile d'évaluer la résolution de problèmes
Perceptions des professeurs et des étudiants quant à l'intégration des TIC en enseignement : une étude récente de la CREPUQ

Exprimez-vous !

*