Le Conseil des ministres de l’éducation du Canada conscient que l’enseignement universitaire doit être une priorité

L’article de Pascale Breton, dans le journal La Presse du mercredi 12 septembre 2012, représente une bonne nouvelle en cela qu’à la suite du rapport Regards sur l’éducation 2012, publié le 11 septembre par l’OCDE, le Conseil des ministres de l’éducation du Canada reconnaît l’importance de mettre de l’avant en priorité l’enseignement universitaire.

Dans ce rapport, « le Canada se classe au premier rang des pays de l’OCDE pour la proportion d’adultes qui ont un diplôme d’études collégiales, mais au huitième rang en ce qui concerne l’université. » De façon plus globale dans l’ensemble des pays de l’OCDE, « une proportion de 26 % des adultes de 25 à 64 ans a un diplôme universitaire, alors que la moyenne est de 22 % ».

Directeur général du Conseil des ministres de l’Éducation du Canada (CMEC),  Andrew Parkin, reconnaît d’emblée que « l’économie du savoir est de plus en plus importante, et il faut miser sur le baccalauréat et les cycles supérieurs à l’université. Ce n’est pas seulement parce qu’on aimerait être numéro un qu’on doit surveiller les progrès des autres pays. C’est parce que l’économie mondiale change. Elle demande de plus en plus de connaissances. »

De fait, Statistique Canada met en lumière que le taux d’emploi augmente avec la scolarité. À titre d’exemple, « en 2010, 81 % des Canadiens de 25 à 64 ans qui avaient fait des études collégiales ou universitaires occupaient un emploi. La proportion diminuait à 72 % pour ceux qui avaient un diplôme d’études secondaires et chutait à 55 % pour ceux qui n’avaient pas de diplôme. »

En dépit de la crise économique, les pays de l’OCDE, incluant le Canada, reconnaissent l’importance de l’éducation et pour cela, pousuivent l’investissement d’une partie importante de leurs richesses dans ce domaine. « Le Canada y a ainsi consacré 6 % de son produit intérieur brut. Environ 40 % de cette somme a été accordée à l’éducation postsecondaire – le plus haut taux des pays de l’OCDE. »

M. Parkin remarque qu’un consensus semble se dégager que « l’éducation est une partie de la solution à la crise économique », d’où la priorité de maintenir une volonté d’investir. Par ailleurs, on est aussi conscient que cela ne résoudra pas tous les problèmes et un des défis à court et moyen termes est certes d’augmenter « la réussite scolaire des autochtones, qui ont plus de difficultés que les autres élèves au Canada ».

En terminant, il est intéressant de noter que le rapport Regards sur l’éducation 2012 se divise en quatre chapitres qui situent l’éducation au Canada, de l’ordre primaire à celui post-secondaire, en comparaison des autres pays étudiés et qui fournissent de nombreuses données statistiques dans des fichiers Excel.

Chapitre A

Les résultats des établissements d’enseignement et l’impact de l’apprentissageIndicateurs sur : le niveau de formation et les taux d’obtention d’un diplôme; l’égalité entre les sexes et l’équité; et les retombées de l’éducation sur l’économie, le marché du travail et la société

Chapitre B

Les ressources financières et humaines investies dans l’éducationIndicateurs sur : les dépenses publiques totales et par élève/étudiant au titre de l’éducation; la répartition des coûts de l’enseignement supérieur et les systèmes d’aide proposés; et l’utilisation des ressources

Chapitre C

Accès à l’éducation, participation et progression

Indicateurs sur : l’accès à l’éducation; la préscolarisation; les étudiants en mobilité internationale ; la transition entre les études et le marché du travail; et les activités de formation à la disposition des adultes   

Chapitre D

Environnement pédagogique et organisation scolaireIndicateurs sur : les enseignants ; leurs salaires; le temps d’enseignement; la taille des classes; le processus décisionnel dans le système d’éducation; et les modalités d’examen

Source : BRETON, Pascale. « L’enseignement universitaire doit être une priorité, jugent les experts », dans le journal La Presse (Montréal), du mercredi 12 septembre 2012, en p. A10 et aussi en ligne.

Interne : ACFAS 2012 : réfexion du professeur François Grin, de l'Université de Genève, sur l'internationalisation
Le volet français de la Khan Academy

Exprimez-vous !

*