Une recherche exhaustive du REFAD sur l’évaluation en ligne des apprentissages

Trouvée via les fils Twitter de @sstasse et de @frédéric_dufour, une recherche exceptionnelle menée par Lucie Audet du REFAD.  [NDLR: Je suis un néophyte sur la question, mais ça m’apparait vraiment de haute qualité et plusieurs commentateurs du domaine partagent cet avis.]

L’auteure réussit le tour de force d’aborder la question de l’évaluation en ligne sous divers angles en s’appuyant sur plusieurs sources solides (par exemple, le JISC – Joint Information Systems Committee – britannique), mais de rester relativement concise.  Tout au long de la lecture, des encadrés et des tableaux viennent alléger le texte, mais apportent des compléments d’information et des exemples toujours pertinents.  À la fin de chaque chapitre, on trouve des « exercices suggérés » permettant d’ancrer les connaissances.  Même si on les fait pas (il s’agit pratiquement de travaux d’envergure scolaire), ils ont le mérite de permettre une récapitulation des éléments-clés.

Je l’ai traversé un peu en diagonal et de manière inégale, mais on y trouve :

  • Chapitre 1 : Des facteurs de développement : Essentiellement, une présentation du contexte (numérique, économique, etc.) et de la pédagogie de l’évaluation (types, fréquence, compétences en lien avec les objectifs, travail collaboratif, inclusion de l’étudiant dans le processus, etc.)
  • Chapitre 2 : Des pratiques et modèles d’évaluation : Une revue des pratiques sur le terrain (omniprésence des questionnaires à choix multiples (QCM), mais aussi simulations, forums et autres échanges en ligne, outils 2.0, portfolio électronique)
  • Chapitre 3 : Le défi du plagiat : Ici encore, un bon tour de la question [me semble-t-il] alors que l’on distingue les types de malhonnêteté scolaire et de plagiat, qu’on examine l’ampleur réelle et perçue du phénomène, qu’on évoque la culture Web et d’autres causes possibles, qu’on explique différentes stratégies de prévention (codes d’honneur, formation, adaptation de l’évaluation), qu’on traite de la détection et de sanctions.
  • Chapitre 4 : Des avantages et d’autres défis : Ici on traverse rapidement plusieurs autres avantages apportés par l’évaluation en ligne (notamment au niveau de la motivation des étudiants et d’une nouvelle répartition du temps pour le formateur : plus de temps à concevoir les outils d’évaluation, moins de temps à corriger), mais aussi plusieurs autres défis qu’il entraîne (notamment au niveau technique et au niveau de la cohérence institutionnelle : plusieurs systèmes différents, pas toujours avec interopérabilité, peu de reconnaissance et de valorisation de ce nouveau travail professoral, etc.)

En annexe, on trouve un inventaire de logiciels et d’outils pour l’évaluation et la détection du plagiat.

Source : Audet, Lucie, Les pratiques et défis de l’évaluation en ligne, Réseau d’enseignement francophone à distance du Canada (REFAD), mars 2011, 108 p.
[NDLR : Une copie imprimée est disponible à mon bureau.  Je la prête volontiers pour sauver des arbres… ]

Le coût d'une migration vers les nuages
Une vision pour l'intégration des TIC à l'université: l'exemple de Virginia Tech

Commentaires

  1. Lise Lafrance a écrit:

    Il semble qu’on parle ici d’évaluation des apprentissages. Parle-t-on aussi d’évaluation des enseignements et d’évaluation de programmes ?

    • Jean-Sébastien Dubé a écrit:

      Bonjour,
      Comme j’écrivais, ça a été lu en diagonal. L’évaluation des enseignements est mentionnée à quelques reprises, plutôt comme une conséquence de l’évaluation plus fréquente et directe des apprentissages, mais il n’y a pas de section propre sur le sujet. J’avoue n’avoir rien rencontré sur l’évaluation des programmes. Hum ! Peut-être devrais-je restreindre la portée de l’exhaustivité dont j’affuble cette recherche ?

Exprimez-vous !

*