Pédagogique Technologique

Discussions virtuelles engageantes, efficaces et équitables en huit étapes

Sea Kim
Par Sea Kim

Jill Abney est conseillère pédagogique au Center for the Enhancement of Learning and Teaching de l’Université du Kentucky. Elle enseigne à temps partiel au Département d’histoire de cette université. Son collègue Trey Conatser est directeur associé du même centre. Il donne également des cours sur la pédagogie, l’écriture et les sciences humaines numériques.

Les auteurs rappellent l’importance des discussions en classe pour le développement d’une communauté apprenante. Ils évoquent certaines discussions en ligne pénibles au printemps et à l’été qui pouvaient ressembler à “a ghost town of student reticence and awkward silences, and the occasional shuffle of video boxes like virtual tumbleweeds“. De la préparation de l’enseignant à la nécessité de tenir compte des caractéristiques des étudiantes et étudiants, voici les huit étapes qu’ils proposent pour réussir les discussions virtuelles.

1. Discuter ouvertement de la différence entre les discussions virtuelles et les discussions en personne

Contrairement aux discussions en présentiel, les discussions virtuelles ont besoin d’un encadrement plus explicite, car les étudiantes et étudiants doivent s’approprier à la fois le nouvel environnement et de nouvelles façons d’agir. Soyez indulgents avec vous-même et avec les étudiants. Continuez à offrir des possibilités de réflexion sur le déroulement des discussions et sur la manière dont elles peuvent mieux soutenir l’apprentissage des étudiants.

2. Établir clairement les attentes et les mécanismes des discussions virtuelles

Il est important de tenir compte des aspects uniques du format virtuel et de faire connaître aux étudiantes et étudiants les objectifs spécifiques de la discussion en cours. Les règles de fonctionnement de base ne doivent pas être négligées: par exemple, l’étudiante ou l’étudiant doit s’identifier en utilisant la fonction Lever la main et verbalement avant de parler.

3. Inviter les étudiantes et étudiants à participer à une discussion plus inclusive

Il s’agit de préparer les étudiantes et étudiants à s’attendre à ce que vous fassiez appel à eux pour contribuer à la discussion. Si vous leur posez des questions et leur donnez des indications à l’avance, le fait de les solliciter ne sera pas perçu comme un interrogatoire intimidant mais plutôt comme un prolongement de la réflexion amorcée.

4. Laisser de la place à tous les étudiantes et étudiants

La plupart des plateformes de webconférence offrent une option de clavardage textuel qui permet de recueillir commentaires et questions. Les commentaires écrits permettent à un plus grand nombre d’étudiantes et d’étudiants de participer en temps différé, ce qui donne lieu à une discussion plus riche et plus structurée. Les étudiantes et étudiants peuvent faire défiler les commentaires pour relire les idées importantes ou rattraper leur retard s’ils ont dû s’éloigner un moment.

5. Recruter de l’aide pour gérer l’espace virtuel

Pour assurer le bon fonctionnement d’une séance de discussion virtuelle, face à la quantité d’information à gérer, il est souhaitable d’avoir une assistante ou un assistant technique pour suivre les participantes et les participants, ainsi que la fenêtre de discussion. L’assistance technique peut être assumée à tour de rôle par les étudiantes et les étudiants eux-mêmes. Cela pourrait se refléter sur leur note pour la participation, avec pour effet secondaire de favoriser les rapports entre pairs et de valoriser l’intérêt commun.

6. Adopter des formes de participation qui n’impliquent pas de vidéo en direct

Pour de nombreuses enseignantes et enseignants, ce sont les réactions en temps réel, traduites par le non-verbal et la posture des personnes qui dynamisent une discussion en classe. Toutefois, si une étudiante ou un étudiant se sent gêné par son environnement visible, il ou elle peut se sentir moins à l’aise de contribuer à la discussion. Dans cas, il est possible de demander à l’étudiante ou à l’étudiant de désactiver sa caméra, tout en l’invitant à participer au sondage, au clavardage ou aux activités en petits groupes et à répondre verbalement si on le lui demande.  

7. Réfléchir à l’avance et exiger des étudiants qu’ils fassent de même

Les étudiantes et étudiants peuvent soumettre leurs propres questions à l’avance ou fournir des commentaires qui peuvent servir de point de départ à la discussion. Des réflexions plus soutenues peuvent être menées à tour de rôle par de petits groupes d’étudiantes et d’étudiants sous la forme de messages sur les forums de discussion du cours. Les étudiantes et étudiants construisent ainsi leurs apprentissages à partir de leur propre réflexion et de celle des autres.

8. Utiliser les petits groupes et les espaces de discussion pour amener les étudiantes et les étudiants à s’investir dans de l’apprentissage collaboratif

Les discussions en petits groupes permettent aux étudiantes et étudiants de développer leur propre compréhension du contenu. Elles peuvent également rendre la classe plus inclusive. Bien que l’enseignante ou l’enseignant ne puisse pas observer tous les groupes d’une réunion virtuelle à la fois, il ou elle peut utiliser des espaces de travail collaboratif pour suivre les progrès des étudiantes et étudiants. Par exemple, les groupes peuvent prendre des notes sur différentes pages d’un wiki. Comme toujours, il est très important de donner des directives qui rendent le processus et les attentes clairs.

[Traduit avec Deepl.com, puis ajusté.]

Pour qui voudrait poursuivre cette réflexion sur les meilleures façons de gérer les discussions virtuelles, les auteurs proposent une dizaine de références autour de cette question.

Sources : Abney, Jill et Trey Conatser (2020). How to Make Your Virtual Discussions Engaging, Effective, and Equitable in Eight Steps. Faculty Focus. 2 octobre 2020.

Développer les savoir-être pour collaborer avec l'intelligence artificielle?
Un prototype de classe interactive et connectée à l'école de commerce Inseec U

À propos de l'auteur

Sea Kim

Sea Kim

Laisser un commentaire

mattis Aenean venenatis efficitur. ut pulvinar lectus ante. commodo ut quis adipiscing