Objectif de doubler le nombre d’étudiants internationaux au Canada: les ressources ne suivent pas

D’après un article du Globe and Mail, le gouvernement fédéral souhaite doubler le nombre d’étudiants internationaux au Canada d’ici 2022 afin de combler le manque de ressources dans certains secteurs du marché de l’emploi et d’augmenter nos contacts outremers.

Or, un rapport interne de Citoyenneté et immigration Canada (CIC) indique que l’augmentation de personnel reliée à ce choix politique n’est pas suffisante.  Par conséquent, le traitement des visas pour études prend plusieurs semaines de plus au Canada qu’en Grande-Bretagne ou aux États-Unis. Une augmentation de temps de traitement de 30% des visas pour études et une augmentation de 100% du temps de traitement pour les visas de résidence temporaire.

“The question of visa processing times is a critical one in terms of attracting top students. If our competitors are able to turn around visas faster, all the marketing efforts, all the recruitment efforts, all the offers of scholarships fail,” said Paul Davidson, president of Universities Canada. » (Chiose, 2015)

Amit Chakma, recteur de l’Université de Western Ontario, présidait le panel qui recommanda cette augmentation de clientèle en 2012. Il s’inquiète de ce qu’aucun ministère fédéral n’ait la responsabilité de l’éducation.  Par conséquent, ces questions ne sont pas une priorité pour les autres ministères et il manque de coordination autour de ces dossiers.

Par ailleurs, certaines voix au sein de CIC s’interroge sur l’impact de cette augmentation d’étudiants internationaux sur le marché de l’emploi pour les Canadiens:

« The CIC report cautions that some within the department are uncertain of the labour-market impact of increasing the number of international students.

Doubling the number of students and “providing some applicants with the ability to work off campus without a work permit may impact Canadians’ access to employment and study opportunities,” the report says. » (Chiose, 2015)

Les commentaires à la suite de l’article montrent bien l’hostilité des lecteurs devant l’éventualité d’une telle compétition, de même que la perception que les universités ne cherchent que des frais de scolarité majorés…

Source: Chiose, Simona, « Lack of federal resources fails international student strategy« , The Globe and Mail, 1er juin 2015

 

 

 

 

Paris-Saclay : la French Silicon Valley?
Utilisation de Twitter en classe: des évaluations de l'enseignement négatives peuvent tout de même servir...

Exprimez-vous !

*