Desire2Learn: une plateforme d’apprentissage en plein essor

Le dernier numéro de la revue  Affaires Universitaires consacre un article à Desire2Learn (dont L’éveilleur a déjà parlé) et à John Baker, son président fondateur.

À la fin des années 1990, alors qu’il étudiait encore à l’Université de Waterloo, John Baker n’en revenait pas de voir tant d’étudiants prendre des notes manuscrites malgré la disponibilité des technologies. Il a donc proposé à ses professeurs ses services de conversion de contenus en format électronique et ce qui au départ ne devait être qu’un «travail d’été» s’est transformé en une réelle compagnie de haute technologie. Depuis l’année dernière, Desire2Learn (D2L) a doublé ses effectifs. L’entreprise embauche désormais près de 700 employés, a des bureaux sur 4 continents, détient environ 15% des parts du marché international des LMS (Learning Management System), aux côtés des grands tels: Blackboard et Moodle. Autre fait intéressant, ce sont les institutions d’enseignement supérieur qui représentent 60% du chiffre d’affaire de D2L.

Les clients de la première heure, comme Peter Wolf, directeur du Centre for Open Learning and Educational Support de l’Université de Guelph, tout comme les nouveaux partenaires, telle Liesel Knaack, directrice du Centre for Innovation and Excellence in Learning de l’Université de l’Île de Vancouver, s’accordent pour dire que ce qui différencie cette entreprise d’une autre du même genre, c’est le fait qu’elle tient compte du pédagogique dans le développement de ses applications. Par son ergonomie et sa convivialité, la plateforme permet facilement la création de cours, l’application de différentes approches pédagogiques («flipped classroom») et reluque même du côté des cours en ligne gratuits (MOOC).

Pour M. Baker, la technologie doit être au service des apprentissages; l’accès à des données et profils d’apprentissage doit permettre de concevoir des activités pédagogiques adaptées aux besoins des étudiants et rendre pour ces derniers plus facile le choix de cours ou de programme en fonction de leurs aptitudes. C’est dans cette optique que la compagnie a fait l’acquisition en janvier dernier de Degree Compass, une application web qui analyse les résultats et profils d’apprentissage. Par cet investissement, D2L se positionne sur le marché des « Predictive Analytics Technologies » et vient consolider ses propres outils d’analyse.

«… M. Baker prévoit que dans cinq ans, les établissements d’enseignement afficheront de meilleurs taux de réussite et de maintien aux études, que les étudiants seront plus heureux et motivés qu’actuellement et que moins d’obstacles empêcheront les étudiants à faible revenu et les autres étudiants sous-représentés à faire des études supérieures. Il entrevoit une autre grande transformation, qui touchera cette fois la collaboration entre le milieu de l’éducation et le marché du travail. «Le temps est fini où les établissements formaient des étudiants et n’avaient plus à s’en soucier par la suite. Je crois que nous devons offrir une formation continue aux travailleurs. La relation entre les établissements d’enseignement et le milieu de travail changera considérablement dans les prochaines années.»

Il y a intérêt certain à suivre la progression de cette entreprise canadienne pour qui l’innovation technopédagogique semble être le leitmotiv.

Sources :

Tamburri, Rosana, «Flipping the classroom» ou «La salle de classe réinventée», revue Affaires Universitaires, mai 2013

Couture, Marc, «Renouvellement de la plateforme My Courses à l’universite Mc Gill», L’éveilleur, 2 octobre 2012

Couture, Marc, «Environnements numériques d’apprentissage: tendances du marché», L’éveilleur, 18 décembre 2012

 

Didacti: la prochaine version sera exportable sous Moodle
Social Media Lab à Dalhousie: pour mieux comprendre et utiliser efficacement les médias sociaux

Exprimez-vous !

*