Environnements numériques d’apprentissage: tendances du marché

Je lisais récemment un billet sur le blogue EduGeek Journal qui tente de dégager quelques tendances récentes relatives à l’évolution des Environnements Numériques d’Apprentissage (ENA).  Avec la popularité croissante des médias sociaux et l’émergence des MOOC, les responsables de formation se posent des questions quant au positionnement de ces environnements.  A priori en soutien à la gestion plus centralisée d’activités pédagogiques ayant une structure pré-déterminée, les ENA doivent maintenant s’adapter à des activités où l’exploration libre par les apprenants est encouragée.

Dans ce contexte, on constate l’émergence d’environnements plus ouverts, dont les caractéristiques rejoignent les activités des apprenants dans les  médias sociaux (tels que Facebook), ainsi que dans leur environnement personnel d’apprentissage (qui peut combiner l’usage de différents outils):

  • Les ENA intègrent de plus en plus les fonctionnalités que l’on retrouve dans les médias sociaux: mise en place de communautés d’apprentissage, partage de ressources simplifié, travail collaboratif avec échanges instantanés entre participants, etc.
  • L’interface des ENA se modernise et devient plus conviviale: notamment en adoptant des standards émergents (HTML5, design adaptatif simplifiant la consultation à l’aide d’appareils mobiles);
  • Les ENA font appel à des technologies web qui facilitent la production de contenus et les interactions entre l’enseignant et l’apprenant: glisser/déposer de documents (comme sur son propre ordinateur), référencement de sources externes, intégration rapide du multimédia, outils collaboratifs et de messagerie adaptés aux appareils mobiles, etc.

Dans ce même article, l’auteur réfère également à des données sur les parts de marché actuelles des ENA, dominées toujours par la solution commerciale Blackboard mais aussi l’outil libre Moodle, dont la croissance ne semble pas en voie de ralentir et qui évolue dans le même sens.  Desire2Learn, que nous avons présenté dans un billet précédent, serait aussi de la course.  L’auteur note d’ailleurs que plusieurs institutions, ayant opté pour des solutions « maison » ou moins matures, regrettent maintenant leur choix. Si elles le pouvaient, elles utiliseraient plutôt l’un de ces environnements qui ont fait leurs preuves et qui continuent à s’améliorer.

Il y a donc de quoi nous encourager à continuer dans la voie tracée par le choix effectué en 2007 et passer à la nouvelle version (2.4) aussitôt que possible.

Source: Crosslin, Matt. Is the LMS market going to slow down anytime soon? EduGeek Journal, 26 ovembre 2012.

Les licences Creative Commons expliquées en vidéo
Infographie version 2012 pour la «flipped classroom»

Exprimez-vous !

*