Pinterest : un nouveau réseau social qui peut ajouter du visuel à l’enseignement

Ce sont les aléas du Web : je connais Pinterest depuis un certain temps parce qu’une de mes proches l’utilise, mais depuis deux semaines il est partout dans les médias spécialisés et généralistes.  D’une part, il s’agit d’une plate-forme montante.  Alors qu’elle est encore en version beta et qu’on y adhère seulement sur invitation, elle est passé de 1.68 millions de visiteurs uniques en septembre 2011 à 7 millions de visiteurs uniques en décembre 2011, soit une augmentation de 429 %.  En termes de traffic, Pinterest (3.6 %)  talonnait Google (3.62 %) et Twitter (3.61 %) pour le pourcentage de redirections en janvier 2012, loin derrière Facebook (26.4 %) et StumbleUpon (5.07 %), mais davantage que YouTube, Reddit, Google+, LinkedIn et MySpace réunis (2.3 %).

D’autre part, un mini-scandale a éclaté récemment, alors qu’un blogueur a découvert que Pinterest modifie les hyperliens que crééent ses utilisateurs vers des e-commerçants, de manière à obtenir une ristourne pour le référencement.  Rien d’illégal apparemment, mais une pratique que le nouveau réseau n’avait pas exactement publicisé :

In fact, Pinterest is also (quietly) profiting from its surge of success, and recently admitted to generating revenue by tracking user links without full disclosure. LLSocial blogger Josh Davis points out that Pinterest adds affiliate tracking codes to pins linking to ecommerce sites. For example, if a user sees a pair of jeans and clicks through to a store site to buy the pants, Pinterest gets paid a referral fee by the store. (Subramian, 2012)

Plus important, qu’est-ce que c’est au juste ?

Pinterest est un site très visuel qui permet à chaque utilisatrice (le réseau est surtout composé de femmes de 24 à 35 ans) de se créer des babillards virtuels thématiques où sont punaisées les différentes trouvailles qu’elle fait sur le Web.  Une trouvaille sur un babillard prend la forme d’une photo cliquable qui permet de se rendre au site d’origine de cette image.  Ainsi affichés publiquement, ces « pins » peuvent être repris par d’autres utilisatrices qui les « repunaisent » à leur tour, qui peuvent « aimer » (fonction like) une trouvaille, suivre un babillard donné, etc.  Il est aussi possible de créer des babillards collectifs.  Soyons clairs, les sujets de prédilection sur Pinterest sont la mode, l’artisannat et le bricolage, la planification de mariages et de réceptions.  Cette navigation dans une abondance de sources d’inspiration pour toutes sortes de projets personnels est souvent qualifiée d’ « addictive » par des utilisatrices.

Est-ce intéressant pour la formation universitaire ?

Des enseignants (surtout du primaire) se sont emparés de Pinterest pour partager du matériel pédagogique ou des trucs du métier.  Best Colleges Online a beau présenter « 37 façons » dont les formateurs peuvent utiliser Pinterest, dans les faits le réseau servira surtout à s’inspirer, organiser l’information, la partager, collaborer.  Comme le rappelle Amy Collier du Center for Teaching and Learning Excellence de la Texas Wesleyan University, l’outil servira surtout à l’enseignement dans des domaines où la composante visuelle est importante : les arts, l’architecture, mais aussi le tourisme, la biologie…   Comme de manière générale les formateurs universitaires basent surtout leur enseignement sur les mots, les chiffres et les symboles, la contrainte visuelle qu’impose Pinterest – il faut obligatoirement punaiser une image, photo ou vidéo – pourrait les amener à développer du matériel différent et des réflexes utiles en classe…

Quelques universités (Drake, University of Carolina Arts Education, Oberlin College) ont aussi commencé à utiliser Pinterest pour bonifier leur présence sur le Web et favoriser le recrutement, mais les spécialistes de ces domaines sont encore mitigés quant à l’avenir de Pinterest pour intéresser de futurs étudiants.  Ici encore, on croit davantage au potentiel du nouveau venu pour les écoles d’arts, de design, d’architecture…

Sources :
« 37 Ways Teachers Should Use Pinterest« , Best Colleges Online, 5 février 2012
Collier, Amy, « Some Thoughts On Teaching With Pinterest« , Center for Teaching and Learning Excellence, Texas Wesleyan University, 2 novembre 2012
Fienen, Michael, « Why You Should Ignore Pinterest (For Now) », .eduGuru, 12 janvier 2012
Kvnverger, « Pinterest, le réseau social qui monte, qui monte…« , Presse-Citron, 9 février 2012
Morrison, Aaron, « Four Ways to Use Pinterest in Education« , blogue de Pearson School Systems, septembre 2011
Mueller, Tracy, « Should Universities Use Pinterest« , [blogue personnel], 31 janvier 2012
Subramanian, Courtney, « What you need to know about Pinterest« , Techland – Time Magazine, 9 février 2012

Une chercheure de McGill reçoit une bourse de Facebook
Comment Internet transforme l'éducation (affiche)

Commentaires

  1. Jean-Sébastien Dubé a écrit:

    Encore beaucoup de matériel sur Pinterest sur la Toile. Ce matin, Nathalie Collard a ces commentaires intéressants parlant de « scrapbooking numérique » :

    « Comment expliquer ce succès fulgurant? Deux raisons majeures. La première, suggérée par le journaliste techno du New York Times, David Pogue: «Contrairement à Facebook et à Twitter, on s’inscrit d’abord à Pinterest pour notre usage personnel. Le fait que les gens s’abonnent à nous ou pas n’est pas très important, car on ne diffuse pas de l’information; on rassemble des images qui nous inspirent», écrivait-il la semaine dernière. Vrai, le côté créatif de Pinterest explique sans doute une partie de son succès.

    L’autre explication, drôlement pertinente, vient de Bianca Bosker, responsable de la section Techno de Huffington Post, qui se demande si nous ne sommes pas arrivés à un stade où nous en avons marre des autres. «Sur Pinterest, écrit-elle dans son blogue, plutôt que de dire «regardez-moi!», comme on le fait sur Twitter et Facebook, nous disons plutôt: «regardez ça!»» Vrai, en cette ère de narcissisme et d’autopromotion à outrance, ça fait du bien! »

    Source : http://technaute.cyberpresse.ca/nouvelles/internet/201202/20/01-4497736-la-folie-pinterest.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_boitePourAccueilCbp_10209_accueil_POS1

  2. Jean-Sébastien Dubé a écrit:

    Marc m’envoit ceci : pas très nouveau, mais bien axé sur l’utilisation de Pinterest en contexte scolaire : http://edudemic.com/2012/02/5-tips-for-using-pinterest-in-your-classroom/

  3. Catherine Vallières a écrit:

    Ceci, encore, sur les multiples usages de Pinterest en enseignement supérieur : pour se construire un « profil académique », pour compiler des sources d’inspiration, comme outil d’enseignement, à des fins collaboratives ou promotionnelles…
    Terry Brock, « Gradhacking Pinterest », Inside Higher Ed, 25 avril 2012.
    http://www.insidehighered.com/blogs/gradhacker/gradhacking-pinterest

Exprimez-vous !

*