Une bonne note au premier bulletin des TBI

Les tableaux blancs interactifs (TBI) que le gouvernement Charest avaient annoncés en grande pompe lors du budget de mars dernier, afin de garnir toutes les classes québecoises continuent à faire jaser (voir autres billets en bas de page de L’Éveilleur).

À ce jour, plus de 10 000 tableaux auraient été installés et les spécialistes en pédagogie chargés de leur implantation font un premier constat : ces tableaux ont un impact positif sur l’apprentissage et sur la motivation de bon nombre de jeunes, dont les garçons. Tant mieux! Hélas (dirons certains), ce premier bilan est loin d’être la conclusion d’une étude scientifique, mais est plutôt le résultat d’observations faites sur le terrain qui confirment cependant les résultats d’études menées par Thierry Karsenti, professeur à l’Université de Montréal, et du Conseil supérieur de l’éducation, qui s’étaient penchés sur la question.

Mais le constat ne s’arrête pas là. Une des ombres au tableau du TBI (et elle me semble de taille) réside dans le fait qu’il n’existe aucun cours universitaire sur son utilisation. Ce qui est disponible aux futurs enseignants à ce niveau se trouve dilué dans le cours d’intégration des TIC offert en formation initiale des maîtres.

Maintenant qu’on sait que les TBI sont là pour rester, que d’ici 5 ans (si le gouvernement dit vrai) toutes les classes québecoises auront le leur, que les premiers constats vont dans le bon sens, c’est à dire du côté du plus… Comment se fait-il qu’à l’intérieur même des murs des universités qui forment nos futurs enseignants cet outil soit si rare, voire inexistant?

Soures:

Lisa Marie Gervais, «Une bonne note pour les tableaux blancs interactifs», Le Devoir.com, 9 novembre 2011.

Francheska Gaulin, «Des tableaux et des projecteurs « nouvelle génération » s’installent», L’Éveilleur, 24 octobre 2011.

Sylvie Hallé, «L’impact des tableaux blancs interactifs en classe», L’Éveilleur, 4 novembre 2011.

Cours en ligne et droits d'auteur
Vers une nouvelle écologie de la connaissance à l'université ?

Exprimez-vous !

*