Prédire l’avenir des technologies en éducation, est-ce possible?

À chaque année, l’association EDUCAUSE diffuse ses prédictions quant aux tendances technologiques à surveiller et leur impact potentiel dans les universités dans un rapport intitulé Horizon Report.   Dans un billet sur son blogue, Tim Hunt, développeur Moodle oeuvrant au compte d’Open University, a réagi à la parution de la version 2011 du rapport (format PDF) en comparant les prédictions actuelles avec celles des rapports précédents pour voir si les tendances prévues ont bel et bien été observées dans les milieux.   On voit qu’il est difficile de prédire avec exactitude le moment où une nouvelle technologie sera adoptée par les institutions.  À titre d’exemple, les simulations et outils appuyant la réalité augmentée (ex: assistance à la tâche à l’aide d’appareils permettant la visualisation d’information complémentaire en temps réel, visites virtuelles avec possibilité de manipulation des objets de l’environnement, imagerie holographique tridimensionnelle, etc) devaient émerger d’ici 4 à 5 ans à la suite de la parution du rapport de 2005: cette même prédiction revient dans le tout dernier rapport, prédisant une adoption de telles solutions dans un horizon de 2 à 3 ans.  Il en est pratiquement de même pour l’apprentissage par le jeu (dont les jeux sérieux), dont on discutait des possibilités dès 2005 et qui commence seulement à prendre son élan, alors que l’on croyait voir émerger des jeux et scénarios pédagogiques associés beaucoup plus tôt.

Il faut donc prendre les prédictions des « futurologistes » avec un grain de sel et considérer l’ensemble des facteurs favorisant ou non l’adoption des technologies  avant de se lancer.

La CREPUQ souhaite se faire une tête sur les logiciels de détection de similitudes (Turnitin, Compilatio)
SimplyBox, ou comment collaborer à partir des outils que l'on utilise déjà

Exprimez-vous !

*