Logiciels antiplagiat – Négociation nationale pour des tarifs raisonnables (France)

Depuis son arrivée en poste, la ministre de l’Enseignement supérieur française, Najat Vallaud-Belkacem, a été plus d’une fois interpelée sur la manière dont le gouvernement entend faire face au problème de plagiat dans les universités, notamment.

Par exemple, dans un rapport publié en 2012, l’Inspection générale de l’administration de l’éducation nationale et de la recherche suggérait au gouvernement de de réfléchir sur la généralisation des logiciels de détection de similitudes dans le texte afin de réduire les grandes variations dans leur utilisation.

La ministre Vallaud-Belkacem vient d’annoncer qu’un

« groupe de travail inter-UNR (université numérique en région) a été constitué en lien avec les services du ministère chargé de l’enseignement supérieur ». Il s’avère même que ce groupe a d’ores et déjà « élaboré un cahier des charges qui permettra de mener rapidement une négociation nationale via le Groupe Logiciel Enseignement Supérieur-Recherche, dont la mission est de négocier les protocoles tarifaires avec les éditeurs de logiciels au profit de tous les établissements de la communauté enseignement supérieur et recherche ».

Cette annonce n’est pas sans rappeler le deuxième avis formulé dans le rapport du Groupe de travail sur le plagiat électronique remis à la CREPUQ en décembre 2011 :

En tenant compte des coûts d’achat de licence(s) individuelle(s) et de leurs variations, et en prenant en considération l’intérêt pour les universités de disposer d’une banque de travaux commune afin de maximiser la détection de plagiat, le groupe de travail formule un deuxième avis :

[l]’acquisition d’une licence pour chacun des logiciels de détection de similitudes retenus devrait en être une de groupe afin de permettre des économies d’échelle et les négociations devraient être confiées à un organisme qui regroupe tous les établissements universitaires québécois et qui a le mandat de négocier en leur nom.

Un avis qui est resté sans écho…

Source: Berne, Xavier. Le ministère de l’Enseignement supérieur veut favoriser les logiciels antiplagiat. Next inpact (Blogue). 19 décembre 2014.

Unizin: se regrouper pour mieux soutenir l'apprentissage numérique
Intégrité en recherche – Création d’une base de données des articles frauduleux

Exprimez-vous !

*