Pédagogique Technologique

Qu’est-ce qui révolutionne vraiment l’enseignement?

EdReview présente la vidéo «This will revolutionize education», de Derek Muller (PHD en physique, créateur de Veritasium dont Véronique nous a déjà parlé dans un article) dans laquelle le scientifique s’amuse à retracer combien de fois, on a affirmé qu’une technologie allait révolutionner l’éducation?

Pour Derek Muller, il est clair que depuis le début du siècle, les technologies se sont vues attribuées de grandes vertus (dont celle de transformer l’éducation), vertus qu’elles n’ont vraisemblablement pas. Car sinon, comment expliquer qu’aujourd’hui encore un professeur dispense son enseignement généralement en salle de classe (ou un amphithéâtre) devant des étudiants?

Les technologies évoluent certes, mais ne révolutionnent pas l’enseignement. Pourquoi? Parce que l’enseignement, contrairement à d’autres domaines, a comme objectif de faire apprendre. L’apprentissage est un processus complexe qui, pour les chercheurs qui s’y sont attardé, se réalise grâce aux interactions sociales qu’auront entre eux professeur et étudiants. Dans ce contexte, le rôle de l’enseignant ne peut se limiter à la transmission d’information, il doit guider et permettre à chaque étudiant d’apprendre.

Dans «3 règles pour stimuler l’apprentissage» Audrey Miller de l’Infobourg cite Ramsey Mussalam, prof de chimie, qui partage trois règles essentielles pour favoriser l’apprentissage :

  1. savoir stimuler la curiosité
  2. accepter le désordre
  3. pratiquer la réflexion

Sources:

«Foundation of educationis still based on the social interactions between teacher and students», EdReview, 12 décembre 2014.

Bisaillon, Véronique, «Semer la confusion pour mieux faire apprendre?», L’Éveilleur. 19 août 2014.

Miller, Audrey, «3 règles pour stimuler l’apprentissage», L’Infobourg, 17 décembre 2014.

5 caractéristiques technos des jeunes de 2014
Interne: Les résultats et projets MOOC de six grandes universités américaines

À propos de l'auteur

Francheska Gaulin

Francheska Gaulin

Formée à la fois en enseignement et en communication, Francheska Gaulin a porté plusieurs chapeaux depuis qu'elle travaille au Service de soutien à la formation. D'abord technicienne en audiovisuel, elle a ensuite occupé un poste de coordination, avant de devenir conceptrice multimédia. À ce titre, elle supporte les enseignants dans la médiatisation et l'animation de contenus pédagogiques. Ses axes de veille tournent autour de la vidéo en formation, de la réalité virtuelle et des environnements immersifs pour l'apprentissage.

Laisser un commentaire