Le point sur les portables en classe, sujet toujours d’actualité

Au fil de mes lectures, j’ai trouvé un article datant de mai 2010 et faisant le bilan de présentations effectuées dans le cadre du colloque Odyssée des classes portables… du primaire au postsecondaire, présenté lors du 78e congrès de l’ACFAS, à Montréal. Différents intervenants y « ont discuté de l’utilisation des portables dans les classes de cégep et d’université. Thierry Karsenti et Simon Collin, organisateurs du colloque, ont présenté les résultats d’une recherche effectuée auprès de 530 étudiants en enseignement de l’Université de Montréal. »

L’utilisation des ordinateurs portables en classe

Lu avec un recul de 18 mois, cet article peut encore se conjuguer au présent. Voici les grandes lignes des observations partagées.

  • « Selon cette étude, 69 % des étudiants affirment que l’utilisation du portable est utile en classe. 61 % estiment que son usage est de plus en plus inévitable. Certains professeurs s’inquiètent toutefois que certains étudiants utilisent Facebook ou YouTube durant leurs cours. Or, il semble que l’utilisation du portable durant les cours soit majoritairement académique, bien que les élèves avouent faire parfois du multitâche.
  • « En classe, les étudiants qui utilisent leur portable se butent à certaines contraintes physiques : il y a très peu de prises de courant pour brancher les portables et le réseau Internet sans fil est difficilement accessible dans certaines classes. En stage, c’est plutôt des limites humaines qui rendent l’utilisation du portable ardue. L’appui du maître associé fait alors toute la différence.
  • « Les professeurs de l’Université de Montréal constatent que leurs étudiants sont mal formés pour intégrer les TIC à leurs méthodes d’enseignement. Les professeurs de la faculté eux-mêmes semblent avoir de la difficulté à aller plus loin que de simples présentations PowerPoint. L’étude est toutefois rassurante puisqu’il semble que plus les futurs maîtres reçoivent de formation, plus ils intègrent les TIC dans leur enseignement. »

La compétence informationnelle des étudiants

De son côté, lors ce colloque, Gabriel Dumouchel, doctorant en psychopédagogie à l’Université de Montréal, a exposé des recherches portant sur la compétence informationnelle. Ce qui se dégage, c’est l’ambiguïté à déterminer si l’utilisation d’un portable aide vraiment les étudiants à développer cette compétence.

« Il semble aussi que les étudiants se trouvent compétents et ont confiance lorsqu’ils utilisent les TIC. Or, les études consultées prouvent le contraire : leur stratégie de recherche est inefficace et ils ont de la difficulté à évaluer l’information trouvée sur internet. Le plagiat, qu’il soit conscient ou non, reste aussi un enjeu majeur de l’utilisation d’Internet au postsecondaire. Les professeurs ont donc intérêt à eux-mêmes changer leurs méthodes d’enseignement pour former adéquatement leurs élèves à l’utilisation des TIC. »

En conclusion de ce colloque sur les classes portables, l’organisateur Thierry Karsenti a indiqué qu’« il est essentiel de poursuivre les recherches et la réflexion sur l’utilisation des TIC à l’école en visant la réussite des élèves ». La réflexion doit être poussée davantage, tout en poursuivant l’équipement des classes et surtout la formation des enseignants, élément clé mentionné dans plusieurs articles lorsqu’il est question de réussir l’intégration des TIC en enseignement.

Pour visiter le site Internet du colloque et consulter les présentations des conférenciers : http://acfas2010.crifpe.ca/

Plus précisément : « Les portables dans l’enseignement en présentiel à l’université : de panacée à fléau », par Thierry KARSENTI, Université de Montréal; Simon COLLIN, Université de Montréal; Richard ANGELORO, Université de Montréal. Télécharger la présentation (5,6 Mo). Résumé

« Les ordinateurs portables et la compétence informationnelle à l’université : quels enjeux? », par Gabriel DUMOUCHEL, Université de Montréal. Télécharger la présentation (1,3 Mo). Résumé
« Usage des portables en formation des maîtres : impact sur le développement de compétences et l’intégration pédagogique des TIC », par Richard ANGELORO, Université de Montréal. Résumé

Pour en savoir plus : http://www.crifpe.ca/

Source : GAGNON-HAMELIN, Marie-Philippe. « Des portables à l’université : panacée ou fléau? », publié dans Infobourg, 31 mai 2010.

L'Action Mapping: conception pédagogique à l'aide de schémas
Travail collaboratif et Wikipedia: perceptions de futurs enseignants au secondaire

Exprimez vous!

*