Les régions passent en mode séduction auprès des diplômés

Par de brèves statistiques en p. 12 de L’actualité du 15 novembre 2011, on constate que déjà plusieurs régions, dites éloignées des grands centres, ont adopté des mesures concrètes de « grande séduction » auprès des nouveaux diplômés et des jeunes entrepreneurs.

Ainsi, dans la région du Saguenay-Lac-Saint-Jean, l’organisme local MigrAction verse une allocation de 300 $ à toute personne de l’extérieur de la région qui vient y passer une entrevue. De plus, on offre un remboursement de dettes d’études jusqu’à 2500 dollars aux jeunes entrepreneurs qui y établieront leur entreprise. À cet effet, un budget de 4 millions de dollars a été alloué de 2007 à 2012 et à mi-parcours, le départ des jeunes de 20 à 34 ans qui était au nombre de 1809 en 2000 est passé à 319 en 2010.

Sur la Côte-Nord, on fait miroiter par le biais du Web les salaires avantageux de même que le dynamisme économique de la Côte-Nord. Dans ce cas, on observe que le nombre de jeunes de 20 à 34 ans qui ont quitté la région est passé de 594 en 2000 à 66 seulement en 2010 pour un budget de promotion de 1,5 million de dollars.

Dans la région Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine, on motive les diplômés souhaitant occuper « un emploi dans un domaine où la relève se fait rare » par l’octroi de 200o dollars, d’une part, et on offre 3000 dollars aux jeunes entrepreneurs, d’autre part. Cette fois pour un budget de 3,2 millions, on a vu déjà le bilan migratoire des jeunes de 20 à 34 ans baissé de 885 en 2000 à 89 départs en 2010.

À Sherbrooke, ville-centre d’une région considérée comme moins éloignée, Sherbrooke Innopole travaille fort de concert avec les industries, le milieu des affaires et les établissement d’enseignement supérieur pour motiver les nouveaux diplômés à rester en Estrie et à s’y établir. Il n’y a pas pour l’instant d’allocation d’installation ou de remboursement partiel des dettes d’études, probablement par la région affiche un bas taux de chômage. Par ailleurs, plusieurs reconnaissent que la proximité des grandes villes, Montréal et Québec, a un effet attracteur auprès des jeunes diplômés, qu’ils soient d’origine québécoise ou de l’extérieur du Québec, ce qui a d’ailleurs à l’origine de la création de Sherbrooke Innopole.

Source : « Les régions passent à l’attaque », dans L’actualité, 15 novembre 2011, p. 12.

La physique sans formules... Possible!
Une augmentation de 16 % d'étudiants étrangers depuis 2008 au Québec

Exprimez-vous !

*