La tablette Aakash : 46 $ et conçue à Montréal…

La firme montréalaise Datawind a lancé le 5 octobre 2011 la tablette informatique la moins chère au monde, soit 46 dollars. Produite par les frères Raja et Suneet Singh Tuli,  les deux fondateurs de la firme Datawind, cette tablette vise à apporter la révolution des technologies de l’information aux dizaines de millions d’étudiants en Inde.

Ils ont mis au point cette technologie avec la collaboration de l’Institut de technologie de l’Inde. Leur objectif premier est de réduire au minimum les prix et de pouvoir offrir Internet aux masses tout en permettant tout de même aux investisseurs de faire des profits. Le jour du lancement, « le gouvernement indien a annoncé qu’il achèterait 100 000 tablettes qui seront distribuées gratuitement aux jeunes Indiens. Elle sera vendue 35 $ aux étudiants, et 60 $ au reste de la population. »

La classe moyenne indienne, toujours en croissance, ne peut s’acheter un iPad d’Apple. « »Les riches ont accès au monde numérique, les pauvres et les gens ordinaires en ont été exclus. La tablette Aakash (“ciel” en hindi) mettra fin à ce fossé numérique », a déclaré le ministre indien de l’Éducation et des Télécommunications, Kapil Sibal, à l’agence Reuters. »

Par la création de la voiture Nano de la compagnie Tata Motors, l’Inde s’est fait connaître pour ses produits abordables, faciles à utiliser et suffisamment robustes pour fonctionner dans environnement difficile. « Même si l’Inde est un chef de file dans les logiciels et les services informatiques, le pays traîne la patte derrière le Brésil, la Russie et la Chine dans cette marche visant à connecter la population à Internet. En 2010, il y avait 15 fois plus d’utilisateurs d’Internet qu’en 2000 en Inde, selon un récent rapport. Pourtant, seulement 8 % des Indiens y ont accès, comparativement à 40 % en Chine. »

Caractéristiques

« La tablette Aakash s’adresse à des étudiants universitaires pour l’apprentissage numérique, par l’entremise d’une plateforme du gouvernement qui distribue des livres électroniques et des cours. »

  • un écran à cristaux liquides résistant plutôt qu’un écran tactile,
  • une connexion par l’entremise du haut débit sans fil,
  • un système d’exploitation Android de Google,
  • les prochaines versions comprendront une connexion de téléphonie mobile, ce qui rendra la tablette plus utile dans les zones rurales.

« Environ 19 millions de personnes s’abonnent à des téléphones mobiles chaque mois, faisant de l’Inde le marché qui croît le plus rapidement au monde. La plupart des abonnés proviennent toutefois de la tranche la plus riche de la population des villes. »

Source : AGENCE QMI. « La tablette la moins chère du monde vient de Montréal », publié dans Canoë.ca, section « Techno », le 7 octobre 2011.

Les webradios au service de la pédagogie
L'exclusion numérique: des chiffres qui font réfléchir

Exprimez-vous !

*