Google+, le petit nouveau des médias sociaux

Le géant de la recherche sur le web, Google, a finalement dévoilé son nouveau réseau social venant en compétition avec avec Facebook (et, dans une moindre mesure, Twitter): Google+.  Encore au stade expérimental et accessible seulement à ceux et celles ayant reçu une invitation pour le tester, Google+ compterait déjà 25 millions d’usagers.  Dans un marché encore largement dominé par Facebook et ses quelques 750 millions d’usagers à travers le monde, Google+ se positionne comme une alternative offrant davantage de contrôle sur la composition des groupes de connaissances ou d’amis (suivant une métaphore de « cercles ») que l’on ajoute à son profil, une priorisation des messages et des alertes ainsi qu’une intégration simplifiée du service avec la suite d’applications dans les nuages offertes par Google (incluant GMail, Google Docs, etc.) ouvrant la voie à de nouvelles façons de partager de l’information.

Bien malin sera celui qui pourra prédire si Google+ sera le succès escompté auprès de ses usagers, mais à première vue, il semble que la compagnie ait tiré des leçons de la débandade de l’effort précédent, Google Buzz, en favorisant une plus grande ouverture de sa plateforme et en minimisant l’impact de l’utilisation du service sur les informations privées.

Pour en savoir plus:

« Le robot m’a donné une mauvaise note… » (sous-traiter l’évaluation)
Constructivisme et FAD

Commentaires

  1. Gabrielle Gagnon a écrit:

    Je suis en train d’expérimenter Google + et j’aime bien jusqu’à présent. Dommage qu’il n’y ait pas davantage d’utilisateurs…

Exprimez-vous !

*