Plagiat – Revoir les pratiques d’évaluation

Jude Carroll, sommité britannique dans la lutte antiplagiat a dit un jour dans un colloque international : Plagiarism is a complex issue and the solutions are complex and pedagogical

C’est un peu ce que disent les trois auteurs du texte d’opinion paru dans Le Devoir d’aujourd’hui : […] on s’attaque au plagiat comme à un problème structurel. Là où c’est possible, il s’agira de modifier les pratiques superficielles d’évaluation des apprentissages qui permettent aux étudiants de prendre des raccourcis dans leurs engagements scolaires.

L’évaluation des apprentissages étant une des composantes de l’alignement pédagogique :

il est certain que si chaque enseignant se demande s’il y a cohérence entre ses modalités d’évaluation sont ses cibles de formation et ses méthodes pédagogiques, un certain pas sera franchi dans la lutte antiplagiat.  En effet, comme le plagiat se retrouve dans les travaux écrits, se questionner sur ce que le travail veut mesurer comme apprentissages permettra vraisemblablement de revoir les consignes mêmes du travail demandé.

C’est un bon début de réflexion pédagogique pour en arriver à une solution pédagogique au plagiat.

Source:  Béland, Sébastien, Bureau, Julien et Larivée Serge.  L’ampleur du plagiat dans les universités.  Le Devoir/Opinion/Libre opinion.  12 avril 2017.

La personnalisation des apprentissages en formation à distance pancanadienne francophone – Un guide à consulter
Interne: l'Université de Waterloo lance son institut sur l'intelligence artificielle

Exprimez-vous !

*