Humaniser la formation par l’intelligence artificielle?

Est-ce que…

  • l’accessibilité accrue à une éducation de qualité pour un nombre grandissant d’apprenants,
  • la pénurie de candidatures d’enseignants qualifiés et
  • les promesses d’une plus grande efficience des nouvelles technologies en classe

…sont des arguments pouvant convaincre certains décideurs d’envisager le remplacement de leurs enseignants par l’IA?

C’est la question que pose Louisa Kendal dans un article où elle réagit aux propos du site Futurism. Elle y défend plutôt l’idée que l’IA viendrait alléger l’enseignant des tâches routinières – dont la correction des travaux – plutôt que le remplacer en enseignant de façon autonome:

Take homework assignments for example: AI really comes into its own when repetitive, data-heavy analysis is involved. Marking homework is the ideal task for machines to do with the accuracy and efficiency of which a human could only dream.

L’enseignant peut alors se concentrer sur le soutien à l’apprenant en lui donnant une rétroaction de meilleure qualité:

But when it comes to feeding back marks, supporting students who under-performed and motivating students to improve their work, a human teacher has the emotional advantage.

Des projets sont d’ailleurs en cours où des algorithmes sont développés afin de détecter des tendances liées aux comportements et à l’état émotionnel observés chez les apprenants.  Cette information pourrait mieux assister l’enseignant dans ses interventions:

Alternatively, facial recognition technology could help teachers identify behaviour trends including signs of an angry outburst or the teetering of attention span. This information could help educators to become better teachers in a way they never could without the help of AI, Futurism reported.

Sources:

Le futur du travail et de l'apprentissage
«La puce à l'oreille» pour que les enfants du primaire apprennent en écoutant

Exprimez-vous !

*