Une approche programme centrée sur des « grandes questions »

J’apprends l’existence d’une approche programme nommée question-centric curricula. Cette approche vise à articuler les programmes d’études autour de grandes questions plutôt qu’autour des disciplines.

Cet angle particulier pour considérer une approche programme pourrait être utile dans certaines circonstances. Par exemple, lorsque les acteurs d’un programme éprouvent des difficultés à identifier un fil conducteur qui transcende l’accumulation de cours disciplinaires. Sans même chercher à exprimer les finalités du programme autour de ces questions, l’approche des « grandes questions » peut servir à dénouer des impasses ou à briser la glace pour lancer la discussion. Peut-être peut-elle inspirer l’amélioration d’approches-programmes déjà répandues à l’UdeS, ou du moins fournir une tactique supplémentaire pour faciliter leur implantation?

L’article par lequel j’ai appris l’existence de cette approche propose des outils informatiques pour tenter de dégager de telles questions en analysant des fiches signalétiques.

À première vue, les références de cet article ne mentionnent pas directement le question-centric curriculum dans leurs titres, mais je présume qu’en les consultant on trouverait plus d’information.

Source :

Fost, Joshua (2012) Semantic Technology and the Question-Centric Curriculum. Innovative Higher Education. DOI: 10.1007/s10755-012-9219-y. http://www.springerlink.com/content/2401858p62502w75/

Vers la « pairagogie »
L'épuisement professionnel des formateurs universitaires : un tabou?

Commentaires

  1. Catherine Vallières a écrit:

    Fort intéressant; il y a un lien à faire avec le programme de Quest University, où l’on présente le projet synthèse de chaque étudiant comme une quête de réponse à une grande question et où les cours suivis contibuent à nourrir sa réflexion: « After a 2-year foundation, students work with faculty advisors to devise and propose a plan of study in their Concentration Years 3 & 4. These academic plans usually take the form of an interdisciplinary question like « What are the social obstructions to public health in developing nations? » or « Why do we view ourselves as separate from nature? » Students explore their Questions through coursework and readings, and they ultimately create a capstone thesis or project on their topics. » J’ai également vu des programmes de type “Liberal Arts » présentés de la sorte, en insistant sur le fait qu’ils préparent les étudiants à réfléchir sur de grandes questions, en s’appuyant sur différentes discipline. Reste que dans un cas comme dans l’autre, on reste dans une structure de programme classique, avec un découpage largement disciplinaire. Mais je retiens que cette idée d’organiser un programme autour de questions ouvre une piste fort intéressante pour s’en affranchir. Merci!!!

    • Eric Chamberland a écrit:

      Merci Catherine pour la référence : très intéressant! Il serait intéressant de voir si on peut combiner les deux approches dans des programmes relativement traditionnels qui ne sont pas encore convaincus d’adopter une approche-programme telle que nous la concevons, mais qui veulent quand même essayer autre chose pour améliorer leurs programmes. Les grandes questions du programme sont déterminées d’avance, mais par le travail intégrateur de 3ème année de bac, l’étudiant a une occasion de creuser un sujet de son choix et d’y appliquer des méthodes disciplinaires, ce qui favorise plusieurs apprentissages et leur intégration (et le transfert de ces apprentissages).

Exprimez-vous !

*