La «flipped classroom» prend racine

L’approche de classe inversée ou «flipped classroom» ne fait plus que faire jaser, elle s’implante. À preuve, les nombreuses expériences qui démarrent, se partagent (lire les billets de Alain Mckenna dans La Presse, de Audrey Miller dans L’Infobourg, le bogue de Robert Talbert) et les séances de perfectionnement qui carrément s’affichent. L’association pour les Applications Pédagogiques de l’Ordinateur au Postsecondaire offrira ce vendredi 28 septembre un atelier de perfectionnement intitulé Pédagogie inversée et baladodiffusion (voir Perfectionnement et animation sur le site de l’APOP).

Sources:

Alain McKenna, «Les tablettes modifient la pédagogie en classe», La Presse,15 septembre 2012.

Audrey Miller, «Des éducateurs s’expriment à propos de la classe inversée», Infobourg, 18 septembre 2012.

Site de l’APOP, section Ateliers et perfectionnement, 28 septembre 2012.

Robert Talbert, blogue Casting out Nines, mot-clé « Inverted Classroom » [notamment les billets du 14 et 29 août 2012, ainsi que celui du 10 septembre 2012]

L'université doit-elle enseigner les médias sociaux pour répondre aux besoins des entreprises?
Le LOOC, un anti-MOOC... à petite échelle

Commentaires

  1. Francheska Gaulin a écrit:

    Le 28 septembre dernier, on a pu lire dans le fil de nouvelles de la Stanford University : «Medical education at Stanford gets more interactive by going online». L’approche de flipped classroom sera donc au curriculum de leurs futurs médecins. L’université collabore avec la Khan Academy à rendre la formation médicale plus interactive par à la livraison de contenus de cours en ligne et un usage différent des temps passée en classe.

Exprimez-vous !

*