La formation à distance à l’ère de la socialisation…

Denys Lamontagne, dans son article « Apprendre à distance : de l’activité solitaire au sport d’équipe » publié dans Thot Cursus du 4 octobre 2011, rappelle qu’il n’y a pas si longtemps, ceux et celles inscrits en formation à distance étaient souvent dans des situations de vie marginales qui les obligeaient en quelque sorte à opter pour ce type de formation plutôt qu’une formation régulière.

Ainsi, il compare la formation à distance à la pratique d’un sport. Pour se distinguer d’une simple activité physique, le sport doit avoir un cadre, être pratiqué dans un contexte social commun. Il faut lui « établir des mesures, des règles, pour en arriver à une référence précise qui porte le nom du sport en question, comme « marche olympique »».  À son avis, « la formation à distance entre dans une ère sociale : on se réunit autour d’un sujet d’intérêt commun, on partage des informations, des stratégies, on effectue des activités communes et on s’insère dans un cadre social plus large, au travail comme à l’école.  Des attentes précises sont formulées en termes de contenu et de délais. La formation à distance est tenue de les respecter et par le fait même s’insère de plus en plus étroitement dans le tissu social; de rustine, elle devient trame. »

Comme dans le monde du sport, souvent des participants à une formation en ligne se créent rapidement un groupe qui leur est dédié sur l’un ou l’autre des réseaux sociaux. « Dans ce contexte, la majorité des étudiants n’est plus solitaire mais sociale. On voit ce que les autres font, où ils se situent, comment, quand et avec qui on peut collaborer, etc. Même l’entraineur ou le tuteur peuvent s’en mêler. »

Ce réflexe de soutien mutuel existe déjà pour les sportifs qui disposent de plusieurs logiciels et services mobiles intégrés aux sites sociaux (comme Nike+GPS). « Ces outils diffusent automatiquement leurs entraînements et leurs performances sur le réseau. Ainsi tous sont au courant des activités de chacun et peuvent s’encourager et se commenter mutuellement… du pur social. »

Comme pour des étudiants sportifs suivant une formation en mode présentiel, on observe aussi que  « les sportifs réussissent mieux en formation à distance que les sédentaires. Ils dorment mieux, sont plus concentrés, plus disciplinés, ont plus de vitalité et sont en moyenne plus heureux. Avec la formation en ligne, ils ajoutent maintenant les contacts. »

Source : LAMONTAGNE, Denys. « Apprendre à distance : de l’activité solitaire au sport d’équipe » publié dans Thot Cursus du 4 octobre 2011.

La confiance : élément clé de tout apprentissage
Développer la pensée critique par le travail collaboratif

Exprimez-vous !

*