Un moteur de recherche qui analyse les résultats

Le scientifique indépendant Stephen Wolfram n’en est pas à son premier grand coup! Dans les années 1970, il publie à l’âge de 17 ans un article scientifique largement cité en physique. Il complète d’ailleurs ses études doctorales à l’âge de 20 ans. Dans les années 1980, il fonde Wolfram Research pour commercialiser son logiciel révolutionnaire Mathematica, qui transformera la recherche scientifique en donnant des possibilités de traitement de données encore inégalées. Dans les années 1990 et 2000, il prépare et publie son ouvrage A New Kind of Science, où il présente sa théorie selon laquelle le monde physique est régi par des lois computationnelles; les lois s’exprimant sous forme mathématique n’étant qu’un sous-ensemble des lois computationnelles. Et que nous réserve Wolfram pour les années 2010? Un moteur de recherche drôlement intelligent nommé Wolfram Alpha.

Wolfram Alpha (WA) se présente comme les autres moteurs de recherche : On y entre une requête et le moteur nous retourne des résultats. Là où WA innove, c’est en sachant reconnaître certaines informations quantitatives et en effectuant des calculs et des analyses de ces données avant de présenter le résultat. Bref, WA ne vous répond pas avec une liste de sites Web, mais bien avec un ensemble d’informations pertinentes à votre requête. Ainsi, si vous entrez Moon Orbit, vous obtiendrez en retour non pas des sites de référence sur le sujet, mais plutôt un ensemble d’informations synthétisées à partir de sources multiples sur le Web : WA calcule la distance actuelle entre la lune et la Terre et fournit aussi les distances moyenne, maximale et minimale, de même que d’autres informations. Entrez la même requête dans quelques mois et WA donnera un résultat différent, calculant la distance courante au moment de la requête.  Un autre exemple, entrez EPO comme requête (le produit dopant qui a provoqué des scandales dans le cyclisme) pour obtenir un tableau structuré de toutes les propriétés de cette substance. WA est en quelque sorte un Google pour les scientifiques.

WA n’est pas parfait : il arrive fréquemment qu’il ne sache pas comment interpréter une requête. C’est le prix à payer pour avoir un moteur qui essaie de comprendre le sens de la requête et d’y construire une réponse complexe en traitant des informations pertinentes qu’il trouve sur internet. Un moteur conventionnel ne fait que proposer des sites internet, sans autre forme de traitement de l’information. WA appelle des milliers d’algorithmes qui sont implantés dans Mathematica pour générer de manière dynamique les réponses aux requêtes. Comme le projet est ambitieux, il est encore en construction et il sera certainement en constante évolution.

Pour en savoir plus sur Wolfram Alpha, vous pouvez consulter ces quelques ressources additionnelles :

Des gains de productivité avec deux écrans
Les clés du Web 2.0: pour en savoir plus sur les outils

Commentaires

  1. jsdube a écrit:
  2. Voici un site qui combine les possibilités de Wolfram Alpha et de Google:

    http://www.goofram.com/

Exprimez-vous !

*