Un profil des études de baccalauréat complètement revu : une innovation d’une rare ampleur à la Quest University

L’Université Quest (en Colombie-Britannique) est une université indépendante qui a été fondée en 2002 par Dr David Strangway, ancien président de la UBC.  À son ouverture en septembre 2007, elle accueillait 74 étudiants dans le seul programme qu’elle offre : un baccalauréat en arts et sciences de 4 ans.

Le profil de ce programme de baccalauréat se distingue des profils habituels en ce qu’il comprend deux ans de cours, pour un total de 16 cours, qui sont donnés un à la fois pendant 4 semaines.  Tous les cours se donnent sous la forme de séminaires.

Les deux dernières années sont consacrées à l’approfondissement d’un sujet de leur choix.  Chaque étudiant doit

1)       identifier une question (thème, problématique…) à explorer,

2)      proposer un programme de cours à suivre,

3)      dresser une liste de lectures à faire en lien avec la question à explorer et

4)      réaliser une production finale.

Dans l’article de Caroline Alphonso, on peut entendre le président actuel de la Quest University, David Helfand, expliquer le système de blocs du profil des études du programme de baccalauréat en arts et sciences, ainsi que quelques étudiants témoigner de leur expérience dans ce programme.

L’exploration du site de la Quest University permet de mesurer l’ampleur de l’innovation et de répondre à de nombreuses questions qu’elle soulève.  Les grandes innovations en éducation sont rares et elles soulèvent toujours la même question : quelle est la qualité de la formation reçue par les étudiants qui ont été formés dans cette nouvelle réalité?  La Quest University  a de quoi être rassurée et fière : selon le National Survey of Student Engagement (NSSE), développé par le Center for Postsecondary Research at the Indiana University School of Education, et auquel ont participé 67 universités canadiennes en 2012, la Quest University arrive en tête dans les catégories suivantes :

a)      le défi académique

b)      l’inclusion d’expériences éducatives enrichissantes

c)      l’intensité des interactions étudiantes

d)      le recours à des pédagogies actives et collaboratives

e)      l’existence d’un environnement soutenant.

Le détail des résultats de cette enquête se trouve à cette adresse : http://www.questu.ca/admission/nsse_survey_results.php.

Bonne exploration de cette grande innovation!  [NDLE: Catherine avait aussi présenté le Bloc Plan de la Quest University en décembre 2011.]

Sources:

Alphonso, Caroline.  What if you took one class at the time?  The Globe and Mail.  5 octobre 2012.

Site WEB de la Quest University.  Consulté le 25 octobre 2012.

 

L'enseignement international doit passer aussi par l'enseignement en ligne au Canada
Perceptions des professeurs et des étudiants quant à l'intégration des TIC en enseignement : une étude récente de la CREPUQ

Commentaires

  1. Sylvie Hallé a écrit:

    Je trouve très intéressante cette reforme de la conception même du baccalauréat où on privilégie une approche de culture générale, englobant à la fois les arts et les sciences, et qu’on complète d’un volet d’apprentissage par projet où les étudiants doivent investir les connaissances acquises dans un projet concret, bien structuré et bien documenté. Je pense que cela prépare très bien les diplômés à occuper une grande variété d’emplois puisqu’ils auront été, dès leurs études, initiés à une approche englobante, théorique et pratique. Cela pourrait être corroboré par les opinions exprimées dans le dossier de L’actualité du 1er novembre et à propos duquel Jean-Sébastien Dubé a aussi rédigé une dépêche (http://www.ssfudes.com/veille/leveilleur/13931/des-debouches-modeles-en-sciences-humaines/). Ce regroupement d’entrevues fait état de personnalités québécoises qui, à la suite de leurs études en sciences humaines, ont appris à modeler leur savoir avec succès pour répondre aux exigences de postes variés, pas toujours reliés a priori aux sciences humaines.

  2. Sylvie Mathieu a écrit:

    Intéressant de constater qu’il existe des façons variées d’organiser et d’agencer les cours dans les programmes d’études. Je place ça dans mon coffre à outils. Par ailleurs, il serait intéressant de connaître les fondements ou les principes organisateurs qui sous-tendent cette structure.

Exprimez-vous !

*