Quand la FAD permet de former au recyclage des personnes même illettrées

À la suite de l’envoi vers les pays africains d’une importante quantité d’ordinateurs et d’autres appareils d’électroniques, il est devenu important de former correctement des travailleurs à ce type de recyclage afin qu’ils préservent leur santé en manipulant ces objets constitués de métaux lourds. C’est ce projet de formation qu’a mis sur pied le professeur Oladele Osibanjo, directeur du centre régional de formation et de transfert de technologies pour l’Afrique issu de la convention de Bâle, situé à Lagos au Nigéria.

Par ailleurs, cette idée de  « former les professionnels aux meilleurs pratiques de recyclage des déchets électroniques » représentait tout un défi puisque nombre d’entre eux ne savent ni lire ni écrire. Il a donc fallu être inventif. C’est ainsi qu’on a mis sur pied des ateliers où « l’accent a été mis, au travers d’images chocs, sur les effets possibles des intoxications par les produits dangereux, la dioxine en particulier. Les cours en ligne proposent des tutoriels de démontage et de recyclage des appareils tels que les imprimantes à jet d’encre et les unités centrales d’ordinateurs. D’autres appareils seront bientôt abordés. »

« Cette initiative est remarquable à deux niveaux. D’une part, elle affirme une nouvelle fois que tout le monde peut bénéficier de formation, que ce n’est pas aux personnes de s’adapter aux programmes existants, mais bien l’inverse; d’autre part, elle vise à améliorer la prise en charge d’un problème mondial, celui du traitement et du recyclage des déchets électriques et électroniques dont le volume augmente chaque année, dans les pays qui sont les plus démunis pour faire face à cette avalanche. »

NDLR : Le contenu de cet article peut trouver son utilité dans le contexte où le Centre universitaire de formation continue (CUFC) est appelé à donner des ateliers dans des usines et des milieux de travail plus manuels qu’intellectuels. Dans ces cas, une approche pédagogique doit être repensée afin que les renseignements pertinents passent bien et soient bien compris.
De plus, des envois de stagiaires étudiants dans des pays avec des ressources très limitées obligent également des méthodes pédagogiques bien distinctes.

Source : VAUFREY, Christine. « Formation des travailleurs peu qualifiés du recyclage : le Nigeria innove », dans Thot Cursus du 7 décembre 2010, citant comme source initiale : ELearning Programme for e-Waste Workers in Nigeria dont le texte s’inspire de l’article Recycling electrical waste can be made safer, researchers say. The Guardian, 12 octobre 2010.

Interne : Colloque sur les recherches et pratiques du e-learning, en novembre 2009, à l'Université Laval
Skype 3.0 pour iOS 4 «apple iPhone» permet la vidéoconférence en 3G et WIFI

Exprimez-vous !

*