Cycles supérieurs

Soutenance de thèse : “la question qui tue”

Jason H. Moore, professeur d’informatique et directeur de l’Institute for Biomedical Informatics à l’Université de Pennsylvanie, a fait partie de plus de 40 jurys de soutenance de thèse depuis les 20 dernières années.  Pour lui, assister à la soutenance de thèse est toujours un très beau moment, car il est témoin d’un rite de passage dans lequel une étudiante, un étudiant devient officiellement une ou un spécialiste de sa question de recherche.

Bien sûr, reconnaît-il, il s’agit pour les doctorantes et les doctorants d’un moment stressant : ils doivent faire la démonstration de l’atteinte des cibles d’apprentissage justifiant l’octroi d’un diplôme de Ph.D., notamment en répondant aux questions des membres du jury. La plupart du temps, la soutenance se déroule très bien, car les commentaires des évaluatrices et évaluateurs du document manuscrit leur ont permis de bonifier, consolider, ajouter, nuancer… certaines sections de leur thèse.

Si les questions des membres du jury portent souvent sur la méthodologie, les résultats, les raisons qui ont motivé certains choix, les liens avec d’autres recherches universitaires dans le même domaine ou dans des domaines connexes, il en est une plus inhabituelle que Moore adore poser à chaque doctorante, doctorant. C’est en fait une question à laquelle toutes les chercheuses et chercheurs sont confrontés : que nous réserve l’avenir dans votre domaine de recherche? Une question qui peut se décliner en plusieurs formes, comme le mentionne le professeur.

More specifically, I ask them, how would this work be different if you were to conduct it a decade from now? I love this question because a big part of scholarly success is being able to see into the future and to anticipate what is next. It is something all scientists and scholars should be constantly thinking about. What will be the important issues that need to be addressed in the next five to 10 years? What new research methods need to be developed to address those questions? How can I position myself to be a pioneer in my field? Without doubt, it is more exciting to be leading a discipline along the cutting edge rather than doing incremental work on methods and approaches already developed.

Les étudiantes et étudiants ont souvent mentionné à Moore à quel point cette question les avait stressés. Le but recherché par cette question est d’ancrer dans l’expérience de la soutenance cette idée que l’innovation et l’impact des recherches menées proviennent de cette capacité à anticiper l’avenir dans le domaine de recherche choisi.

Moore va jusqu’à suggérer que cette question soit posée avant la soutenance de manière à ce que les doctorantes et doctorants aient le temps de s’y préparer avant la soutenance.

Excellente idée, n’est-ce pas?

Source

Moore, Jason H.  A question for the DefenseInside Higher Ed.  12 mars 2021.

Trop peu d'opportunités d'emplois de haut-savoir au Canada selon 3 nobélisés
Je « thèse », tu « thèses », nous « thèsons » et la thèse s'écrit!

À propos de l'auteur

Sonia Morin

Sonia Morin

Laisser un commentaire

elit. Lorem odio ut Donec porta. pulvinar