Un approche constructive du plagiat

Des commentaires sur le livre de Diane Pecorari, Academic Writing and Plagiarism. A Linguistic Analysis (2008, Continuum, London and New York, 213 pp).  Le plagiat y est analysé sous l’angle de la linguistique.  On délaisse ici la violation du droit d’auteur (et sa sanction) pour aborder le phénomène en tenant compte à la fois de son évolution, de l’évolution du contexte dans lequel il a évolué et dans lequel il se vit présentement.

Penser qu’il suffit de faire peur aux  « copieurs » avec des sanctions ne renversera pas la facilité avec laquelle il est possible de copier-coller l’information aujourd’hui d’une disponibilité et d’une accessibilité jamais atteinte.  Passer son temps à se demander si les travaux étudiants ont été copiés est non seulement énergivore mais fait également dévier le regard porté sur les travaux ET les étudiants.  Bref, ce climat est malsain.  Le réexamen des approches pédagogiques, notamment en tenant compte de la facilité de copier-coller, pourrait conduire à revaloriser la reconnaissance des sources d’information.

Sur le Web, on retrouvera diverses critiques de l’ouvrage, notamment celle du Times Higher Education. Mme Pecorari est conférencière principale à l’École d’éducation, culture et communication de l’Université de Malardalen en Suède.

Plus de triche en ligne? Pas sûr...
La "Génération Net" au post-secondaire: rhétorique et réalité

Exprimez-vous !

*