Le plagiat : une question de culture et non de moralité?

L’article « It’s Culture, not Morality » de Scott Jaschik, dans le Inside Higher Ed (February 3, 2009) se veut une critique du livre My Word!  Plagiarism and College Culture écrit par Susan D. Blum, anthropologue à la University of Notre Dame. 

Tout en reconnaissant la légitimité de la frustration des professeurs confrontés à des cas de plagiat, Mme Blum postule que la majorité des mesures prises jusqu’à maintenant (logiciels de détections, menaces, tolérance zéro, codes d’honneur…) ne réussiront pas à contrer le phénomène, notamment parce qu’elles ne tiennent pas compte du changement de culture et de valeurs qu’a provoqué le numérique.  Mme Blum en appelle à un changement d’attitudes (de paradigme?) dans la manière d’enseigner et d’exiger des travaux. 

Le sujet du plagiat est plus que chaud, il est brûlant. Aussi, ne faut-il pas s’étonner que le point de vue de Mme Blum ait suscité plus de 40 commentaires!  La lecture de ces réactions offre de nombreuses pistes de réflexion non seulement sur la « lutte » au plagiat, mais également sur diverses tentatives de faire apprendre autrement.   À titre d’exemple, le commentaire suivant  :

Isn’t time that academia woke up and joined the 21st century? The internet has changed the way we gather and use information as fundamentally as the printing press did, and academia’s stance on the subject is as archaic as the church’s was to Guttenberg.  The primary skill young people need in this information rich environment is not how to create new information, but to successfully use all the data that is available to them.   Instead of using old rules to deal with a new culture I think it is us who must change! Encourage students to find the data they need for all available sources, then teach them how to verify and attribute it properly. In essence, encourage them to plagarize as long they properly cite the material.  – Posted by Bruce Baldwin on February 3, 2009 at 4:30pm EST.

Bonne lecture!

Créer des expériences d’apprentissages significatives pour les apprenants
Le Web 2.0 à l'Université de Sherbrooke: quelle vision?

Exprimez-vous !

*