L’Allemagne, secouée par les cas de thèses plagiées, se demande comment contrôler l’intégrité des thèses

Depuis le cas du baron Google, les allégations de plagiat dans les thèses se sont multipliées au point d’alarmer le gouvernement, notamment Mme Ulla Burchardt, présidente de la Commission éducation au parlement allemand, qui s’est réuni le 9 novembre dernier pour discuter de ce problème.  L’Allemagne diplôme en moyenne 25 000 étudiants au doctorat par année.  Quand on sait que 90% des étudiants se disent prêts à plagier, il y a vraiment de quoi se faire du souci sur l’intégrité des thèses, bien entendu, mais surtout sur la qualité de la formation reçue et la valeur des diplômes de doctorat allemands.

« La commission Éducation en appelle au ministère fédéral de l’Éducation et de la Recherche (BMBF) et à la société allemande de la Recherche (DFG) pour mettre sur pied de façon urgente un projet de recherches qui contrôlera les travaux universitaires soupçonnés de plagiat, en procédant par échantillonnage. Et ce, sur l’ensemble de la République fédérale.   Il est cependant improbable qu’un tel système uniforme voit le jour dans une organisation politique fédérale où l’enseignement reste de la compétence des Länder. »

À l’instar du Canada, entre autres pays, la décentralisation de l’organisation de l’enseignement en Allemagne entraîne une responsabilité universitaire de la gestion des cas de plagiat.  Selon le professeur Wolfgang Löwer, professeur de droit à l’Université de Bonn et médiateur de la Société allemande de la recherche, « les universités disposent des instruments législatifs nécessaires pour offrir une « assurance qualité » satisfaisante, garantissant de « bonnes pratiques » ».

Cette dépêche est à mettre en lien, notamment, avec deux autres dépêches :  « Intégrité en recherche : le gouvernement britannique ne veut pas d’une entité indépendante pour les cas d’inconduite en recherche » et « Les universités françaises sont-elles aptes à traiter les cas de thèses plagiées? »

Source :

Luginsland, Marie, « Le Parlement allemand planche sur les plagiats de thèses »,  EducPros.fr, 18 novembre 2011

Rapport d'étonnement : Les nouveaux territoires narratifs
Cours ouvert d’intelligence artificielle

Exprimez-vous !

*