Le livre audio appelé à croître

Alors qu’on ne parle que de livres électroniques et de liseuses, voici que resurgit sur le marché le livre audio. Autrefois plutôt réservé à des clientèles particulières comme les personnes malvoyantes, les personnes âgées ou les jeunes, le livre audio a commencé à gagner en popularité auprès des personnes appelées à faire beaucoup de route et qui ont donc du temps pour écouter quelque chose qui les intéresse, voire effectuer des apprentissages, comme celui des langues notamment.

Avec l’étendue que prend l’usage des technologies, les éditeurs croient que le livre audio est appelé à se tailler une meilleure place sur le plan commercial et qu’on devrait voir augmenter le nombre de choix de titres d’ici les prochaines années. Cette option devrait aussi fournir une alternative intéressante pour certains apprentissages.

Le livre lu en France

Une association française, Lire Dans Le Noir, a décidé de redonner ses lettres de noblesse au livre audio en attribuant chaque année, et ce depuis 2009, un prix soulignant « la meilleure adaptation orale de romans récents, de classiques, de documents et de livres pour la jeunesse. Parmi les lauréats de ce « Goncourt du livre lu » décerné cette semaine dans les salons parisiens de la Société des gens de lettres, La Couleur des Sentiments de Kathryn Stockett aux éditions Audiolib. »

Comme le rappelle Aurélie Kieffer, présidente de Lire dans le noir et journaliste à France Culture, « [d]errière un livre audio se cachent en effet un auteur, des acteurs, un éditeur, un ingénieur du son, des musiciens, un monteur, et des dizaines d’heures de travail. Hors fabrication et droits d’auteur, la production d’un livre audio peut coûter entre 5 000 et 25 000 euros ».

Les éditeurs et libraires convaincus de la valeur du livre lu le voient comme « une proposition » véritable par rapport au texte et non seulement une « version orale ». Tout de même proposés par 30 à 40 maisons d’édition en France, ces livres audio peinent actuellement à séduire le public. « De novembre 2010 à octobre 2011, un peu moins d’1,4 million de livres audio ont été vendus en France, soit à peine 0,4 % du marché du livre, d’après les données du panel livre de GfK, un institut d’études marketing. Près de 88 % de ceux-ci étaient destinés à la jeunesse. En comparaison, environ 111 millions de livres audio ont été vendus en Allemagne entre janvier et octobre, d’après GfK. »

Malgré cette petite part du marché du livre, le secteur du livre audio a quand même grimpé en France de 8,9 % par rapport à l’année dernière. Les gens s’y intéressent de plus en plus et plusieurs éditeurs parlent même de hausses de leurs ventes de l’ordre de +30 %. « Une étape a notamment été franchie avec l’arrivée sur le marché de grands noms de l’édition comme Gallimard en 2004, une filiale des éditions Hachette en 2008, et l’École des Loisirs en 2009. Avec eux, l’offre s’est modernisée. Le marché du livre audio hors jeunesse est aujourd’hui celui qui se développe le plus vite, avec une progression de 18,3 % cette année par rapport à l’année dernière. »

En parallèle, on découvre facilement à partir de moteur de recherche, des sites de téléchargements gratuits de livres audio, très souvent des livres classiques, comme sur le site de Litterature audio.com

Ce nouveau marché observé en France risque fort d’avoir des échos du côté du Québec très prochainement.

L’importance du choix du lecteur et de la mise en marché

Ce qui aide également l’attrait que suscitent les livres lus, ce sont les comédiens connus qui y associent leur voix et la plus grande rapidité de mise en marché du livre audio par rapport à la version papier. « La Couleur des sentiments de Kathryn Stockett a ainsi été publié par Audiolib trois mois après sa sortie, et on observe de plus en plus de sorties concomitantes entre livre audio et livre papier pour des auteurs à succès. La croissance du marché s’est aussi affirmée à la faveur de la baisse du prix des livres audio, dans le sillage du passage de son taux de TVA à 5,5 % en 2009. »

Bien qu’on remarque encore une certaine hésitation financière chez les librairies, on sent qu’un virage s’effectue aussi dans ce domaine du livre et que les offres sont appelées à se multiplier dans les prochaines années, notamment avec les jeunes adultes plus technophiles. « Les ventes en téléchargement pur sont aujourd’hui marginales, confient les éditeurs, mais tous y voient l’avenir de ce medium qui, estime Valérie Levy Soussan, est « très compatible avec les nouvelles pratiques d’écoute ». »

Le livre lu à l’université

À titre d’exemple d’implantation du livre lu à l’ordre universitaire, on constate que la bibliothèque de l’Université Laval offre déjà un service de prêt à ce propos avec des titres de bestsellers et de livres classiques. Quant à elle, le Service des bibliothèques de l’Université de Sherbrooke dispose de 233 titres de livres audio. Également, l’Université de Leon, en Espagne, a mis en ligne la liste des titres des grands auteurs classiques français qui peuvent être utilisés dans le cadre de l’apprentissage du français, langue seconde. Le site francophone d’Amazon a également une page de titres destinés aux études supérieures dont l’université. Éditrice du groupe Hachette Livre, la maison d’édition Dunod publie des livres du savoir et est spécialisée dans les ouvrages de formation universitaire et professionnelle. Elle vend sur son site Web un certain nombre de livres universitaires en mode audio.

Source : LABBÉ, Chine. « Le livre audio cherche à « dépoussiérer » son image », article publié dans Canoë, section Techno & sciences, 25 novembre 2011.

La poursuite pour plagiat contre le « baron Google » se règle en espèces sonnantes
Les trucs des quatre meilleurs professeurs américains de l’année

Exprimez-vous !

*