Les aînés internautes québécois en 2010 : rapport du projet Génération A du CEFRIO

 Le CEFRIO (centre facilitant la recherche et l’innovation dans les organisations, à l’aide des technologies de l’information et de la communication) vient de rendre public en septembre 2011 un rapport synthèse pour l’année 2010 du projet d’étude Génération A. Ce projet « s’intéresse à l’utilisation de l’ordinateur et d’Internet par les aînés d’aujourd’hui et de demain ». Du point de vue universitaire, ce qui est intéressant de mettre en lumière, ce sont les 11 % qui se servent de leur ordinateur pour suivre des cours et des formations. À l’heure où l’université du troisième âge (UTA) à l’Université de Sherbrooke voit son nombre d’admissions augmenter et que les facultés travaillent à développer des formations continues ou à distance, on peut facilement imaginer que ce pourcentage sera appelé à croître encore dans les prochaines années.

Tout d’abord, il est important de remarquer que normalement la définition de « personne âgée » concerne des gens de 65 ans et plus, mais dans ce rapport,  le CEFRIO « a décidé d’inclure les personnes âgées de 55 à 64 ans parce que l’organisme estime qu’il est indispensable « de pouvoir anticiper ce que seront les aînés de demain » ».

Comme premier constant, on « indique que 58 % des personnes de plus de 55 ans au Québec auraient possédé un ordinateur à domicile en 2010, alors que la proportion serait de 75 % dans l’ensemble de la population québécoise ». Dans le groupe des 55 à 59 ans, 14 % des personnes qui avaient un ordinateur en 2010 se considéraient comme peu équipées en matière de TIC, alors que 39 % évaluaient l’être moyennement et même que 46 % des personnes seraient à leur avis hautement équipées.

Dans la catégorie des personnes âgées de 80 ans et plus, le pourcentage s’inverse indiquant qu’en 2010, 49 % des personnes ayant un ordinateur se disaient peu équipées, 37 % moyennement, et 14 % le seraient hautement.

Les usages d’Internet

Toujours selon ce rapport de 2010, « 54 % des personnes qui étaient âgées de plus de 55 ans utiliseraient régulièrement Internet ». Les aînés internautes naviguent dans Internet en moyenne 15,7 heures par semaine. Un peu plus du tiers des aînés internautes le ferait même plus de vingt heures par semaine.

Les usages d’Internet chez les personnes âgées se répartissent comme suit :

  •  62 % des aînés consulteraient leur compte bancaire en ligne au moins une fois par semaine
  •  50 % des personnes âgées effectueraient des transactions bancaires en ligne;
  • 57 % des personnes âgées fréquenteraient des sites Web de gouvernements afin d’y effectuer des transactions;
  • 4 % des aînés internautes effectueraient des achats en ligne régulièrement et 53 % en feraient occasionnellement.

Quant à leurs habiletés à naviguer sur la Toile, « 60 % des aînés internautes qui se qualifiaient de « débutants » joueraient en ligne, contre 53 % des aînés internautes intermédiaires et 46 % des aînés internautes experts. Ces données portent les auteurs de l’étude du CEFRIO à dire que le jeu en ligne constitue « un moyen de divertissement privilégié d’appropriation d’Internet » ». C’est le constat mentionné par « Mme Madga Fusaro, titulaire de la Chaire UNESCO-Bell en communication et développement international de l’Université du Québec à Montréal, lors d’une synthèse des constats liés à l’utilisation des TIC par les personnes âgées qui ont été partagés lors du colloque « Vieillir avec les technologies de l’information et des communications » qui a eu lieu récemment à Laval. (Lire : TIC et aînés : L’accompagnement, une nécessité) »

Intérêt pour les TIC

Par son étude, le CEFRIO constate que « 87 % des aînés internautes diraient être assez intéressés ou très intéressés par les technologies de l’information et des communications ».

Divers intérêt sont manifestés pour expliquer l’usage de l’ordinateur :

  • 91 % des aînés internautes utiliseraient leur ordinateur par intérêt personnel;
  • 74 % des personnes âgées internautes apprécieraient le côté divertissant de l’ordinateur;
  • 46 % le côté pratique de l’informatique;
  • 35 % des aînés internautes utiliseraient un ordinateur pour le travail;
  • 11 % y auraient recours pour suivre des cours et des formations.

Quant à l’utilisation d’Internet, les motivations sont :

  • le jeu chez 70 % des aînés internautes,
  • l’information chez 66 % des personnes âgées internautes,
  • l’interaction avec les proches chez 64 % des aînés internautes.

Craintes lors de l’utilisation

En contrepartie, les craintes exprimées se répartissent comme suit : 

  • 67 % des aînés internautes estimeraient qu’il n’est pas sécuritaire de transmettre des informations personnelles en ligne;
  • 41 % des personnes âgées internautes jugeraient qu’il n’est pas sécuritaire de réaliser des achats par Internet;
  • 25 % des aînés internautes croiraient qu’il n’est pas sécuritaire de faire des transactions bancaires en ligne.

Aide à l’appropriation des TIC

Les personnes âgées apprivoisent l’usage d’Internet de différentes manières :

  •  46 % par le dépannage par téléphone ou en ligne, considéré comme étant la forme d’aide la plus importante au niveau des TIC;
  • 44 % par l’accompagnement (coaching en anglais), considéré pour sa part comme la forme d’aide la plus appropriée.

Appartenant à l’agence Groupe Cossette Communication, la firme Impact Recherche a colligé auprès de 2 000 aînés internautes plusieurs des données du rapport synthèse Génération A du CEFRIO pour l’année 2010. En plus de la réalisation de ce sondage, d’autres renseignements trouvent leur source de l’édition 2010 de la recherche NETendances du CEFRIO.

Source : FERLAND, Jean-François. « Projet Génération A : Portrait des aînés internautes québécois en 2010 », publié dans Direction informatique, 24 octobre 2011.

Le Guide des droits sur Internet : un guide canadien fortement recommandé de par son contenu et sa structure
Colombie-Britannique: un consortium offre un nouveau baccalauréat en arts de la scène

Exprimez-vous !

*