Les doctorants québécois participent activement à la publication d’articles scientifiques

C’est ce que révèlent les travaux de Vincent Larivière, professeur à l’École de bibliothéconomie et des sciences de l’information (ÉBSI) de l’Université de Montréal.

Il a repéré 27 400 doctorants, inscrits entre 2000 et 2007 dans les institutions universitaires québécoises, qui avaient publié dans l’une ou l’autre des 11 000 revues scientifiques indexées dans le répertoire de recherche Web of Science.

Après divers tamisages destinés à éliminer les doublons et les participations d’un même étudiant à la rédaction de plusieurs articles, il ressort que 40 % des doctorants en sciences naturelles et en génie et 63 % de ceux en santé ont signé ou cosigné au moins un article dans une revue scientifique au cours de leurs études. La proportion est de 10 % en sciences sociales et de 5 % en arts et lettres.

Les résultats de cette recherche ont été publiés dans Scientometrics du 6 septembre 2011 : « On the shoulders of students?  The contribution of PhD students to the advancement of kwnowledge » et ils ont eu des échos dans le Times Higher Education du 15 septembre 2011 : « Research Intelligence – Worth the paper it’s written on? »

On savait, du moins on s’en doutait très fort, que les doctorants jouent un rôle fort important dans la recherche scientifique.  Maintenant, on dispose de données pour étayer cette impression.  Ils ne sont pas les seuls acteurs, en dehors des professeurs : les stagiaires postdoctoraux sont également des acteurs d’importance et les prochains travaux de M. Larivière chiffreront leur apport.

Source :

Baril, Daniel, « Apport insoupçonné des doctorants à la recherche scientifique »,  UdeMNouvelles,  17 octobre 2011.

Intégrité en recherche : le gouvernement britannique ne veut pas d’une entité indépendante pour les cas d’inconduite en recherche
Un nouvel appel à plus transparence dans les cas d’inconduite en recherche au Canada : un pas dans la bonne direction (mise à jour)

Exprimez-vous !

*