Le Ph.D. : parfois insuffisant pour accéder à la carrière universitaire

À peu près tous les administrateurs académiques d’établissements universitaires préconisent la réduction de la durée des études doctorales et régulièrement demandent aux facultés et aux professeurs des efforts en ce sens.  Pourtant, la durée des études doctorales demeure élevée, comme c’est le cas aux États-Unis :

  • 7 ans en sciences,
  • 9 ans en sciences humaines (Humanities),
  • 12 ans en éducation (mais on note que les étudiants dans ce secteur travaillent souvent à temps plein pendant leurs études).

Selon Leonard Cassuto, la non-diminution de durée des études doctorales est à mettre en lien avec, entre autres choses, le fait que les universités préfèrent offrir un emploi de professeur à des diplômés qui présentent un C.V. bien garni.  Or, un étudiant qui a réussi son doctorat en 4 ans, par exemple, a souvent un C.V. moins bien garni qu’un étudiant qui a pris plus de temps pour terminé son programme, car ce dernier aura vraisemblablement plus de publications, plus d’expérience d’enseignement et d’encadrement de « juniors » dans le labo…  Cassuto va plus loin en affirmant que les universités préfèrent embaucher un Ph.D. qui a fait un stage postdoctoral à un Ph.D. qui a pris son temps et garni son C.V..

De là à conclure que le grade de Ph.D. soit en voie de devenir, dans un nombre croissant de disciplines, insuffisant pour ouvrir la porte de la carrière professorale, il n’y a qu’un pas.

 

Source

Cassuto, Leonard.  The Time-to-Degree Conundrum.  The Chronicle of Higher Education.  16 octobre 2011.

La formation en ligne et l'intégration des TIC pour redorer la profession d'enseignant?
Interne : Un « mur » de bonnes pratiques pédagogiques à l'Université McGill

Commentaires

  1. Eric Chamberland a écrit:

    Le Ph.D. est déjà nettement insuffisant dans certaines disciplines. Un ami d’enfance qui est physicien s’est fait dire par un professeur de Bishop’s il y a quelques années que pour leur dernier poste de prof, ils ont reçu des dizaines de CV de candidats ayant 2 et parfois 3 post-docs. Mon ami est donc à son 2ème post-doc international et postule pour un 3ème ces temps-ci. Je ne dis pas que c’est typique de toutes les sciences, mais il serait étonnant que ça ne soit propre qu’aux physiciens.

Exprimez-vous !

*