Un hyperlien riche, riche, riche… (ou comment j’ai découvert l’éducation « consentante »)

Ça se passe comme ça:  On clique, on ne sait pas trop ce qu’on trouvera…  L’article initial est OK, mais il pointe surtout vers plein de ressources que l’on ne connaissait pas et qui deviendront précieuses.  Ainsi, un gazouilli de Mario Asselin m’a mené à ce billet de Lyonel Kaufmann, professeur d’histoire suisse et blogueur que je ne connaissais pas.  Déjà le titre était vendeur: « Étudiants 2.0 recherchent de toute urgence Professeurs 2.0 ».  Mais plus important le billet contient une chouette vidéo YouTube sur la Génération Y, des statistiques troublantes (58% des 15-17 ans des jeunes français animent leur propre blogue), puis une balado intitulée « Hacker l’éducation » (déjà le titre…) provenant d’un site nommé Parole Citoyenne hébergé à l’ONF (que je ne connaissais pas non plus) et qui comporte une section « Éducation ». 

Quelques lignes tirées du programme de « Hacker l’éducation »…

« Hacker l’éducation » : une exploration de trois composantes de l’éducation traditionnellement associées à l’école, complètement redéfinies sur le web : la gang, la classe et le prof.  

Partout à travers le monde, des étudiants se rendent à l’école, jour après jour, afin d’apprendre. Mais l’éducation telle qu’on la conçoit depuis des siècles est en révolution. Sur la toile, les gens se la réapproprient en partageant des connaissances sur les wikis et Twitter, en lisant leurs blogueurs favoris et en téléchargeant des vidéos mettant en vedette les plus grands spécialistes de la planète (mon emphase)

La balado est une conception de Catherine Therrien et Christine Renaud de la firme e-180.com.  Allez jeter un oeil à leur « About e-180 », troublant…

« Ultimately, E-180 will become a social enterprise, a matchmaking website where people can jumpstart their learning by finding and meeting great mentors. For free. »

« E-180 is a place where people reclaim and redefine their own education, where all human beings develop their own potential and contribute to the development of other’s. We envision a world where everyone’s a mentor. »

« E-180 is not that room where you used to go when you talked too much in school: it’s the place where education is being turned around. It’s where education doesn’t belong to the institutions, but to the people. It’s the place you go to define what you want to learn, what you want to share, where, and who you are going to meet to do so. »

« We are planning a revolution, a coup against institutionalized knowledge-sharing as the only model of education. » (mes emphases)

Ce qui me jette par terre, c’est de découvrir que ce mouvement de réaction aux institutions d’enseignement (à l’augmentation des frais de scolarité, aux méthodes traditionnelles de formation) que je pressentais n’est pas seulement une éventualité qui germe inconsciemment chez quelques intellectuels drop-outs, mais il est nommé, affirmé, en train de s’organiser…  Apparemment, ça s’appellerait consensual education ou « éducation consentante ». Il ne s’agit pas de développer une mentalité d’assiégé, juste de prendre acte.

Elles interview la blogueuse et vidéaste Yannick B. Gélinas.  Cette dernière anime un blogue sur la vidéo incluant des capsules techniques (bon, rien de transcendant jusqu’à présent, mais c’est à suivre)…  Elles y voient la transformation du rôle du professeur…

En résumé, un bon matin plein de découvertes!

MAJ: Dans une seconde balado, elles interview Marie-Julie Gagnon, journaliste, blogueuse, chroniqueuse Web, auteure de Maman Cool.  Selon elles, cela représente l’éclatement de la salle de classe.

À propos de la reconnaissance des acquis
Contre la bulle des frais de scolarité: la gratuité?

Exprimez-vous !

*