La solution à une coexistence harmonieuse entre enseignement et recherche dans les universités ?

L’éditorial du Globe and Mail du 11 octobre 2011 dénonce la survalorisation de la recherche au détriment de l’enseignement, notamment au premier cycle, et réclame des changements qui permettront à l’enseignement d’être perçu comme aussi important que la recherche en termes de promotion dans les échelons de la tâche professorale.  On mentionne la création de subventions pour l’enseignement…  et en ce sens, sans le dire expressément, on encourage le scholarship of teaching and learning (SOTL).   On se rappellera que certaines universités ont créé une classe de professeurs centrée sur l’enseignement.

Todd Pettigrew, qui ne fait pas dans la nuance, critique l’éditorial du Globe and Mail.  Ses arguments visent le stéréotype du chercheur obsédé par sa recherche qui déteste l’enseignement.  À lire, ne fut-ce que pour entendre un autre son de cloche.

Le sujet n’est pas nouveau : il y a depuis longtemps une impression généralisée que la recherche est beaucoup plus valorisée que l’enseignement dans les universités dites de recherche.  Ce qui est nouveau, c’est qu’on commence à entendre que leur cohabitation harmonieuse résiderait dans le fait pour les universités d’accepter de se spécialiser dans quelques champs disciplinaires.  C’est là la position du Higher Education Quality Council of Ontario dans son rapport 2010, The Benefits of Greater Differentiation of Ontario’s University Sector.

La position de l’Ontario est à mettre en lien avec une récente dépêche qui faisait état du regroupement des grandes universités de recherche canadiennes.

Sources :

Éditorial, « Canadian universities must reform or die », The Globe and Mail,  11 octobre 2011.
Charbonneau, Léo, « Do faculty prefer research over teaching? », Margin Notes – University Affairs News Blog,  11 octobre 2011.
Pettigrew, Todd, « Stop attacking university research – If professors dont produce research, who will? », On Campus – Macleans.ca,  11 octobre 2011

Les caractéristiques d’une université innovatrice selon le pdg du Conseil canadien de la qualité de l’enseignement supérieur
Les raisons pour lesquelles les étudiants trichent ne varient pas

Exprimez-vous !

*