La crédibilité des articles scientifiques en cause

Le phénomène d’articles scientifiques comprenant des informations frauduleuses n’est pas nouveau, mais il s’est intensifié au point qu’un nouveau blogue est né pour suivre les retraits d’articles dans lesquels on a trouvé des résultats faux ou faussés : Retraction Watchblog.   

L’éditeur canadien Thomson Reuters a compilé le nombre de rétractions demandés entre 2000 et 2010 par des revues aussi prestigieuses comme Nature, Science, The New England Journal of Medecine… et a mis en lumière l’explosion des rétractions à partir de 2006 :

 

Copié de l’article d’Alain Perez, « La fraude scientifique s’intensifie dans les revues », Les Échos, 5 septembre 2011.

Le problème avec les rétractions, c’est qu’elles surviennent souvent longtemps après la publication des articles et que, dans certains cas, l’information fausse ou faussée a eu le temps de causer des dommages (qu’il suffise de penser à des résultats sur des médicaments).

Perez mentionne que la lutte contre le ghostwriting (pratique qui consiste à faire signer par un chercheur un article « positif » écrit par un « industriel » qui finance la recherche – une pratique courante dans certaines disciplines) risque d’être la prochaine cible de la lutte pour l’intégrité en publication de résultats de recherche.

Le plagiat pourrait également faire l’objet de cette lutte, notamment l’auto-plagiat.

Fonds d'innovations pédagogiques : le gouvernement français y songerait sérieusement
Finie l'utilisation de Turnitin à Dalhousie

Exprimez-vous !

*